L'opposition tunisienne boycotte la Constituante

le
0
Après avoir enterré leur collègue Mohammed Brahmi, de nombreux députés ont engagé le procès en illégitimité du pouvoir islamiste.

Ils ont décidé de boycotter les travaux de l'Assemblée nationale constituante (ANC). Vendredi soir, 42 députés ont aussi annoncé entamer un sit-in «jusqu'à la dissolution de cette illégitimité», comme le dit Nooman Fehri, ce député qui évoque un «sacrifice» des élus: «la seule chose qui nous reste, c'est la dignité et le respect du peuple». Rapidement ils ont été rejoints par d'autres et ils étaient bientôt 70 sur les 217 élus de l'ANC à annoncer se retirer de l'Assemblée. Le ministre de l'Education aurait déposé sa démission. Pour achever la Constitution en Tunisie, ils plaident pour la mise en place d'un comité d'experts. Et afin d'amener le pays aux prochaines élections, ils défendent la formation d'un gouvernement de «salut national», dont les membres ne se présenteraient pas aux élections, avec une personnalité «nationale, indé...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant