L'opposition syrienne charge un ancien PM de négocier en son nom

le
0
 (Précisions) 
    BEYROUTH, 17 décembre (Reuters) - L'opposition syrienne 
réunie en Arabie saoudite a élu l'ancien Premier ministre Riad 
Hidjab comme coordinateur de la délégation qui participera à des 
discussions avec le gouvernement en janvier, a-t-on appris jeudi 
de sources proches des discussions. 
    Originaire de Daïr az Zour, dans l'est de la Syrie, ce 
sunnite de 49 ans avait été nommé à la tête du gouvernement de 
Damas en juin 2012, alors que le soulèvement pacifique des 
premiers mois de la révolution syrienne avait dégénéré en 
conflit armé. 
    Considéré comme un pilier du parti Baas et un fidèle de 
Bachar al Assad -- il était depuis 2011 gouverneur et chef des 
services de sécurité de la province de Lattaquié, bastion de la 
communauté alaouite du président syrien --, Riad Hidjab avait 
fait défection deux mois plus tard et trouvé refuge avec sa 
famille en Jordanie. 
    Vingt-quatre des 34 membres du "secrétariat" de l'opposition 
formé lors de la conférence réunie la semaine dernière à Ryad 
l'ont choisi pour coordonner leur délégation lors des futures 
négociations de paix, a indiqué une source qui a assisté à la 
réunion. 
    Le secrétariat, composé de représentants de groupes armés et 
de l'opposition politique  , a cependant préféré le 
nommer "coordinateur" plutôt que "chef" de la délégation, comme 
c'était prévu initialement. 
    "Un coordinateur a moins d'autorité", a expliqué la source. 
    Des sources au sein de l'opposition avaient expliqué avant 
le vote que la personnalité de Riad Hidjab suscitait des 
réticences chez certains participants en raison de son passé 
baasiste. 
    Il a néanmoins été choisi en raison de ses états de service 
gouvernementaux et de sa parfaite connaissance des rouages de 
l'Etat syrien, qui pourraient lui donner davantage de poids lors 
de futures négociations. 
    "Ses années d'expérience au pouvoir en faisaient le meilleur 
candidat face aux opposants en exil qui n'ont pas de réel talent 
de négociateur", a expliqué une source. 
    Ahmed Djarba, l'ancien président de la Coalition nationale 
syrienne (CNS), principal organe de l'opposition en exil, n'a 
recueilli que huit voix lors du vote.    
     
 
 (Mariam Karouny et Suleiman al Khalidi; Tangi Salaün pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant