L'opposition syrienne a choisi ses délégués pour Genève

le
0
    AMMAN, 12 février (Reuters) - La principale organisation 
représentative de l'opposition syrienne, le Haut comité pour les 
négociations (HCN), a approuvé dimanche la composition de la 
délégation qui doit participer aux prochaines négociations sous 
l'égide de l'Onu à Genève, en y intégrant des groupes soutenus 
par la Russie critiques de l'insurrection armée contre le 
président Bachar al Assad. 
    A l'issue de deux jours de débats à Ryad, le HCN a déclaré 
dans un communiqué que cette délégation de 21 personnes 
incluaient des membres de deux alliances dissidentes avec 
lesquels il était auparavant en conflit. 
    Ces deux alliances ont longtemps désavoué la rébellion armée 
en arguant du fait que la transition politique en Syrie ne 
pouvait découler que d'un processus pacifique. Parmi leurs 
membres figure un ancien ministre de Bachar al Assad proche de 
Moscou. 
    Mohammad Sabra, choisi comme négociateur en chef du HCN, a 
déclaré à la chaîne saoudienne Al Hadath que la délégation 
réunissait différents groupes et il a accusé - sans les nommer - 
 des puissances étrangères d'avoir essayé d'influencer la 
composition de la délégation, une référence apparente à la 
Russie. 
    Les discussions de Genève doivent débuter le 20 février.    
Dans son communiqué, le HCN précise que l'objectif de ces 
pourparlers est de permettre une transition politique sous 
l'égide des Nations unies en faisant en sorte que Bachar al 
Assad ne joue plus aucun rôle dans l'avenir de la Syrie. 
    Il n'évoque pas pour autant le départ du pouvoir du 
président syrien dès le début de la phase de transition, sur 
lequel il insistait auparavant. 
    Le HCN ajoute que des puissances étrangères n'ont aucun 
droit de présenter leur propre conception du futur système 
politique syrien sans l'accord des Syriens eux-mêmes.  
    Le mois dernier, Moscou a présenté une ébauche de nouvelle 
constitution pour la Syrie, tout en expliquant que ce document 
visait uniquement à alimenter les débats. 
    Le HCN a représenté l'opposition au régime de Damas lors de 
pourparlers de paix l'an dernier mais il n'a pas été convié à 
Astana, la capitale du Kazakhstan, où des discussions indirectes 
entre gouvernement syrien et rebelles ont eu lieu le mois 
dernier. 
     
 
 (Suleiman al Khalidi et Tom Perry; Marc Angrand pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant