L'opposition russe mise sur une vague de contestation sociale

le
1
Les stratégies s'affinent pour éviter un essoufflement après l'élection de Poutine.

Comme l'a déploré l'écrivain Boris Akounine, qui avait quitté sa Bretagne d'adoption pour participer au «printemps russe», «la première phase romantique et euphorique du mouvement s'est achevée». Quand seules 20.000 personnes se déplacent sur l'avenue Arbat pour protester contre les fraudes électorales et la réélection de Vladimir Poutine, les leaders de la contestation se doivent de chercher un second souffle. Après s'être montrée relativement libérale, la Mairie de Moscou souhaite limiter les manifestations de l'opposition. Quant au Kremlin, il n'a rien lâché aux contestataires, si ce n'est la promesse d'une libéralisation de la procédure d'enregistrement des partis, ce qui laisse l'opposition insatisfaite. Elle réclame la fin de la censure dans les médias et la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels.

En réponse aux provocations des forces de sécurité, certains leaders de la contestation, comme Sergueï Oudaltsov, sont tentés par une radical

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le mercredi 14 mar 2012 à 08:23

    JPi - Automne français: vers une contestation sociale du surendettement de la France . JPi - 7 français sur 10 croient que quelques millions d'impots ici ou là vont résoudre le problème du surendettement de la France. Arrêtez de nous bassiner avec les impôts, prélèvements, taxes. Ce sont tous les Français qui se croient plus riches qu'ils ne le sont. La dette augmente 'automatiquement' de 90 Mrds par an. Ce qu'il faut c'est réduire les dépenses France.