L'opposition remporterait les législatives en Géorgie

le
0
L'OPPOSITION GÉORGIENNE REVENDIQUE LA VICTOIRE AUX LÉGISLATIVES
L'OPPOSITION GÉORGIENNE REVENDIQUE LA VICTOIRE AUX LÉGISLATIVES

par Margarita Antidze et Steve Gutterman

TBILISSI (Reuters) - L'opposition géorgienne conduite par le milliardaire Bidzina Ivanichvili a revendiqué la victoire aux élections législatives de lundi mais le suspense demeure sur l'issue du scrutin qui s'est déroulé dans un climat de tension né du scandale des tortures dans une prison de Tbilissi.

Des milliers de partisans de la coalition Rêve géorgien ont laissé éclater leur joie lundi soir dans les rues de la capitale, brandissant des fanions bleus, la couleur de leur parti, le Rêve géorgien, et des drapeaux géorgiens dans un concert de klaxons.

"J'ai réalisé ce pour quoi je me battais depuis si longtemps", a lancé Bidzina Ivanichvili, qui a affirmé que son parti allait remporter "pas moins de 100 des 150 sièges du Parlement".

"Mon projet politique est très simple", a-t-il dit sur la chaîne de télévision Channel 9, dont il est propriétaire. "Quand notre victoire sera officiellement confirmée, j'espère que le parlement m'adoubera comme Premier ministre."

Mais le parti du président Mikheïl Saakachvili, le Mouvement national uni (MNU), assure lui aussi être en mesure de conserver la majorité à l'assemblée.

Les premiers résultats partiels, publiés par la commission électorale après dépouillement dans 21% des bureaux de vote, donnent la coalition d'Ivanichvili en tête du scrutin de liste, qui détermine 77 des 150 sièges du Parlement, avec 54,3% des voix contre 40,6% pour le parti présidentiel.

Les 73 sièges restants sont attribués au scrutin uninominal par circonscription et le Mouvement national uni affirmait lundi soir avoir largement dominé cette partie-là des élections, revendiquant au moins 53 de ces 73 sièges, ce que les premiers résultats ne semblent pas confirmer.

Selon les résultats provisoires sur ce scrutin uninominal, en effet, 27 sièges vont au Rêve géorgien, 25 au MNU et les résultats ne sont pas connus pour les 21 sièges restants.

Dans une allocution télévisée lundi soir, le président Saakachvili, 44 ans, a rappelé que le dépouillement des suffrages était toujours en cours. Il a ajouté que Le Rêve géorgien semblait l'emporter au scrutin de liste tandis que le MNU arrivait en tête au scrutin uninominal.

Lorsque le nouveau parlement se réunira, a-t-il ajouté, chacun devra "prendre sa place et se mettre au travail dans le cadre du processus démocratique". "Nous sommes tous des citoyens géorgiens, nous devons être unis et travailler ensemble."

VOTE-SANCTION POUR SAAKACHVILI

Si l'issue du scrutin est encore incertaine, le camp présidentiel ne retrouvera pas l'écrasante majorité dont il disposait dans l'assemblée sortante, avec 119 des 150 sièges.

Et ces élections législatives semblent donc avoir valeur de sanction pour Saakachvili, porté à la tête de l'ancienne république soviétique par la révolution des roses de l'hiver 2003 mais dont la popularité a été entamée par le bref conflit armé d'août 2008 contre la Russie qui a exacerbé les séparatismes en Abkhazie et en Ossétie du Sud, désormais reconnues comme entités indépendantes par Moscou et plusieurs autres capitales.

La diffusion à la mi-septembre d'une vidéo montrant des sévices infligés à des détenus dans une prison de Tbilissi et qui a fait descendre des milliers de personnes dans les rues a également pesé sur le déroulement du scrutin.

Car Bidzina Ivanichvili, 56 ans, dont la fortune estimée à 6,4 milliards de dollars représente pratiquement la moitié du produit intérieur brut de la Géorgie, avait centré sa campagne contre ce qu'il appelle le "système Saakachvili" et la dérive antidémocratique. Des thèmes illustrés par ce scandale.

Saakachvili, qui a fait de l'ancrage à l'Ouest la priorité de sa politique extérieure, doit démissionner en 2013. Une réforme constitutionnelle entrera alors en vigueur, réduisant le rôle du chef de l'Etat et renforçant parallèlement les prérogatives du Parlement et du Premier ministre.

Lors de la campagne, il a démenti vouloir s'inspirer de l'exemple russe, où Vladmir Poutine est devenu un temps le Premier ministre de Dmitri Medvedev avant de retrouver la présidence cette année.

Mais une solide performance de son parti lui aurait donné un moyen de rester aux responsabilités d'un pays de 4,5 millions d'habitants situé sur les voies d'acheminement de pétrole et de gaz vers les pays occidentaux. Ce scénario-là ne semblait plus d'actualité lundi soir dans les rues de Tbilissi.

"Au-delà d'une lutte pour le Parlement, ce scrutin est aussi une élection fantôme pour la direction du pays et marque un tournant pour la Géorgie", estimait avant le scrutin Thomas de Waal, expert du Caucase au Carnegie Endowment for International Peace, un groupe de recherche basé à Washington.

Avec Nino Ivanichvili; Danielle Rouquié, Jean-Stéphane Brosse, Agathe Machecourt, Guy Kerivel et Henri-Pierre André pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant