L'opposition progresse en Île-de-France

le
0
Dans la première région de France, la gauche a gagné quatre sénateurs. À Paris, l'UMP menace d'imploser après son mauvais score.

• À Paris, déroute de la liste UMP 

Lorsque le nom de Pierre Charon a été prononcé dans le grand salon de l'Hôtel de Ville, annonçant son élection au Sénat, dimanche vers 17 heures, ses partisans ont poussé un immense cri de joie. Et, quelques secondes plus tard, les soutiens du sénateur centriste sortant Yves Pozzo di Borgo ont applaudi à tout rompre cet incroyable scénario pour la droite parisienne : la liste officielle de l'UMP n'a obtenu que deux sièges avec 542 voix, ceux de Chantal Jouanno et de Philippe Dominati. Elle craignait de n'obtenir que trois sièges sur les quatre souhaités. Le dissident Pierre Charon, ex-conseiller de l'Élysée, suspendu de l'UMP, après avoir mené une campagne souterraine, l'a emporté avec 189 voix, 8 voix de plus qu'Yves Pozzo di Borgo qui a hérité, lui, d'une trentaine de voix d'élus de l'UMP et juge que «le centre sort renforcé à Paris».

De son côté, la gauche unie a obtenu huit sièges, un de plus qu'en 200

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant