L'opposition proclame sa victoire à la présidentielle au Nigeria

le
0

par Tim Cocks et Alexis Akwagyiram ABUJA, 31 mars (Reuters) - Le parti d'opposition All Progressive Congress (APC) a proclamé mardi la victoire historique de Muhammadu Buhari, son candidat à l'élection présidentielle au Nigeria, face au président sortant, Goodluck Jonathan. Le pays le plus peuplé, et principale puissance économique d'Afrique, pourrait assister dans les prochains jours à sa première alternance démocratique. "L'histoire est en marche", a déclaré à Reuters le porte-parole de l'APC, alors que les Nigérians continuaient de suivre en direct sur leurs écrans de télévision les opérations de dépouillement. "C'est la première fois au Nigeria qu'un gouvernement sortant sera chassé du pouvoir par les urnes en recourant uniquement à des moyens démocratiques", a ajouté Lai Mohammed. Le dépouillement des élections présidentielle et législatives de samedi et dimanche est toujours en cours mais indique que le pays s'oriente vers une très large victoire de Buhari face au président sortant. Un décompte Reuters portant sur 35 des 36 Etats du pays crédite Buhari de 15,1 millions de voix contre 11,7 pour le chef de l'Etat sortant, dont le Parti démocratique du peuple (PDP) n'a fait aucun commentaire depuis que l'issue du scrutin semble certaine. Dans le camp Buhari, on dit n'avoir aucune raison de penser que Goodluck Jonathan ne reconnaîtra pas sa défaite. A deux jours du scrutin, jeudi dernier, les deux principaux candidats ont signé un "accord de paix" dans lequel ils ont réaffirmé leur promesse d'élections pacifiques et se sont engagés à éviter toute violence. Il y a quatre ans, lors du précédent scrutin remporté par Goodluck Jonathan face à Muhammadu Buhari, des affrontements post-électoraux avaient fait quelque 800 morts dans le Nord majoritairement musulman du pays. "Il a dit plusieurs fois qu'il céderait le pouvoir s'il était battu au terme d'une élection libre et équitable", a observé le porte-parole de l'APC. ÉLECTIONS PROPRES Militaire âgé de 72 ans, natif du Nord, le général Buhari a dirigé la junte militaire de 1983 à 1985 avant d'être chassé du pouvoir par un autre putsch dirigé par le général Ibrahim Babangida. Candidat malheureux à la présidentielle en 2003 et 2011, il a fait de la lutte contre Boko Haram l'un de ses grands thèmes de campagne. Sa réputation d'homme à poigne a séduit une large partie de l'électorat, qui accuse le gouvernement sortant de n'avoir pas su les protéger du groupe islamiste radical. Buhari s'est aussi appuyé sur sa réputation d'intégrité quand les cinq années passées au pouvoir par Goodluck Jonathan - vice-président, il a accédé au pouvoir suprême en 2010 à la mort du président Umaru Yar'adua avant d'être élu pour quatre ans en 2011 - ont été marquées quant à elle par divers scandales de corruption. Malgré quelques défaillances techniques dans des bureaux de vote et en dépit des attaques menées par Boko Haram qui ont fait une dizaine de morts dans le nord-est, ces élections s'inscrivent parmi les plus libres et les mieux organisées de l'histoire récente du Nigeria. "Il y a sans doute de nombreuses raisons pour lesquelles le PDP peut avoir perdu mais je crois que la principale, c'est tout simplement le fait que les élections n'ont pas été truquées", a ainsi déclaré Antony Goldman, un consultant d'entreprise qui dispose de contacts haut placés au Nigeria. A la résidence d'Abuja où séjourne Buhari, l'ambiance était à la joie retenue, les proches du candidat ayant conscience des responsabilités qui les attendent à la tête d'un pays de 170 millions d'habitants regroupés selon des lignes ethniques, religieuses et régionales complexes. "Il nous faudra tous travailler ensemble pour réorienter notre pays. De nombreux sacrifices devront être consentis", a déclaré Bukola Saraki, sénateur de l'Etat de Kwara et membre de la direction de l'APC. (avec Julia Payne, Chijioke Ohuocha et Ed Cropley; Jean-Stéphane Brosse, Marc Angrand et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant