L'opposition parle de 19 morts dans des heurts à Djibouti

le
0
    DJIBOUTI, 22 décembre (Reuters) - Un parti d'opposition a 
affirmé mardi qu'au moins 19 personnes avaient été tuées lundi à 
Djibouti dans des affrontements avec la police, le gouvernement 
ne parlant de son côté que de neuf blessés. 
    Les heurts ont éclaté lundi matin dans le petit pays de la 
corne de l'Afrique qui héberge notamment des bases militaires 
française et américaine. 
    Kadar Abdi Ibrahim, porte-parole de l'Union pour le salut 
national, a déclaré à Reuters que la police avait attaqué les 
participants à une cérémonie religieuse puis une maison dans 
laquelle étaient réunis des opposants. Il a avancé un bilan d'au 
moins 19 morts. 
    Dans un communiqué publié sur son site internet, le ministre 
de l'Intérieur, Hassan Omar Mohamed, affirme que "des dizaines 
d'individus armés" ont attaqué les forces de l'ordre dans la 
région de Buldhoqo et que neuf personnes ont été blessées, dont 
un policier. 
    Il ajoute que les violences ont été commanditées par des 
"personnes à l'étranger" et que la situation est désormais sous 
contrôle. 
    Reuters n'a pas été en mesure de vérifier ces informations 
contradictoires de source indépendante. 
    Djibouti est régulièrement le théâtre de violences entre 
forces de sécurité et manifestants qui réclament le départ du 
président Ismaïl Omar Guelleh, au pouvoir depuis 1999. 
     
 
 (Abdourahim Arteh à Djibouti et bureau de Nairobi; Tangi Salaün 
pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant