L'opposition dénonce le report de la pause fiscale

le
8
L'OPPOSITION DÉNONCE LE REPORT DE LA PAUSE FISCALE
L'OPPOSITION DÉNONCE LE REPORT DE LA PAUSE FISCALE

PARIS (Reuters) - L'opposition a accusé mercredi le gouvernement de ne tenir aucun de ses engagements après que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé que la pause fiscale promise pour 2014 par François Hollande ne serait "effective" qu'en 2015.

La porte-parole du gouvernement s'est défendue de toute confusion dans la communication gouvernementale, évoquant un "processus" sur deux ans en la matière.

"On enclenche le processus de pause fiscale en 2014 et on le confirme en 2015", a déclaré Najat Vallaud-Belkacem lors du compte rendu du conseil des ministres.

"Donc la pause fiscale est enclenchée dès 2014 et se confirme en 2015, année durant laquelle il n'y aura aucune augmentation des prélèvements obligatoires", a-t-elle insisté à l'adresse de ceux qui "cherchent des coins là où il n'y en a pas".

L'opposition de droite s'est déchaînée sur ce thème, à l'image de l'ancien ministre du Budget Eric Woerth, pour qui "rien n'a été respecté dans les prévisions".

"Les déficits publics sont plus importants, les dépenses publiques sont plus importantes, la dette est plus importante et aujourd'hui évidemment la pression fiscale est plus importante que ce que prévoyait le gouvernement", a-t-il dit sur France 2.

"Je peux vous dire qu'il y aura une pause fiscale avant les élections présidentielles de 2017, ça c'est sûr pour des raisons purement politiques", a-t-il ajouté.

Le président du MoDem, François Bayrou, qui a entamé un rapprochement avec les centristes de l'UDI, a reproché pareillement au gouvernement de revenir sur ses engagements.

"Aucune promesse n'est respectée, on vient de le voir ce matin avec la pause fiscale", a-t-il déclaré sur France Info. "On apprend que la dette du pays va atteindre 2.000 milliards d'euros, c'est-à-dire une année pleine d'activité du pays. Tout ça veut dire que le gouvernement ne fait pas face aux obligations qui sont les siennes", a-t-il indiqué.

Le président de l'UDI, Jean-Louis Borloo, avait réagi dès mardi soir aux propos tenus par Jean-Marc Ayrault dans une interview au quotidien Metronews, en brandissant le spectre d'une "avalanche fiscale en 2014".

Pour la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, qui s'exprimait sur BFM-TV et RMC, il s'agit d'un faux débat et il y aura une "quasi-stabilité fiscale" l'an prochain.

"CONCOURS DE SÉMANTIQUE"

"Nous avons dit qu'il y aurait une augmentation concentrée sur le financement des enjeux sociaux et de la protection sociale. Ce ne sont pas des impôts au sens strict, ce sont des prélèvements, des cotisations et donc c'est la raison pour laquelle il ne faut pas chercher des débats là ou il n'y en a pas. Il y aura quasi-stabilité fiscale en 2014", a-t-elle dit.

Interrogée sur LCI et Radio Classique, Ségolène Royal est venue au secours du gouvernement en estimant que les différences exprimées sur l'entrée en vigueur de la pause étaient tout au plus une question de mois.

"Quand on est au mois de décembre 2014 et janvier 2015, il n'y a qu'un mois d'écart. Il ne faut pas chercher de polémique là où il n'y en a pas. Il y aura la pause fiscale en 2014", a indiqué la présidente de la région Poitou-Charentes.

"Le gouvernement n'est pas dans une logique d'augmentation aveugle des impôts. Et parallèlement, les économies doivent continuer", a-t-elle ajouté.

La porte-parole de Nicolas Sarkozy lors de la dernière campagne présidentielle, Nathalie Kosciusko-Morizet, a pour sa part critiqué le "concours de sémantique" du gouvernement sur l'évolution de la fiscalité.

"?Le gouvernement sur le sujet aura utilisé tout l'éventail des expressions, dans un concours de sémantique : on allait augmenter les impôts le moins possible, après ce fut une 'pause fiscale', finalement c'est un 'ralentissement', après un 'ralentissement de la hausse", a déclaré sur i>TELE la candidate UMP à la mairie de Paris.

"?Bref, le gouvernement augmente les impôts, il les a augmentés lourdement et il continue à les augmenter".

Yann Le Guernigou et Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 90342016 le mercredi 18 sept 2013 à 15:50

    dictateur sur réso bourso

  • 90342016 le mercredi 18 sept 2013 à 15:49

    ps tous des menteurs

  • 90342016 le mercredi 18 sept 2013 à 15:48

    vive_ marine

  • lorant21 le mercredi 18 sept 2013 à 15:32

    Payer l'éductaion des enfants c'est une niche fiscale. Avoir des oeuvre d'art ou investir dans les DOM-TOMs, pas du tout! Merci aux familles Fabius-Taubira..

  • dwarf59 le mercredi 18 sept 2013 à 14:25

    lol ils devraient penser a augmenter le nombres de compagnie chez les crs :)).seront tres demandes ds un futur proche!

  • ltondu le mercredi 18 sept 2013 à 14:23

    Porcinet ne sait pas compter, confond + et -, n'écoute pas ce qu'il raconte et oublie ses promesses....Je le suspecte d'une certaine maladie, oh zut je ne me rappelle plus comment on l'écrit...

  • M169421 le mercredi 18 sept 2013 à 14:13

    tu ne peux plus poster sans te faire censurer sur bourso.Dire la vérité sans impolitesse est impossible.un résumé: Gouvernement menteur, qui ne sait que se contredire dans ses paroles et ses actes( bien que acte est de trop, puisqu'ils ne font rien, à part taxer et distribuer aux autres le peu qu'il te reste quand tu bosses).C'est d'ailleurs un tort de travailler actuellement.

  • M4947935 le mercredi 18 sept 2013 à 10:46

    De mars2013 à août2013, François Hollande disait qu'il n'y aurait pas de hausse d'impôts pour les ménages... Résultats à ce jour : 10 Milliards en 2013 et 12,5Milliards en 2014 sur les ménages... On s'étonnera du discrédit de la parole des politiques français...

Partenaires Taux