L'opposition dénonce la mort d'un millier de civils en Angola

le
0

LUANDA, 27 avril (Reuters) - L'opposition angolaise a affirmé lundi que plus de mille civils avaient été tués lors d'une opération menée la semaine dernière par la police contre les membres d'une secte chrétienne interdite, alors que les forces de l'ordre font état de 22 morts. Les responsables du gouvernement comme ceux de la police joints par téléphone n'ont pas souhaité faire de commentaire et le bilan n'a pu être confirmé par des ONG indépendantes. La zone où se sont déroulés les affrontements, dans la province de Huambo (centre), a été bouclée par les autorités. Selon la police angolaise, 13 membres armés de la secte "Lumière du monde" dirigée par Jose Kalupeteka et neuf policiers ont été tués lors de l'opération. La secte millénariste, qui prédit la fin du monde le 31 décembre et invite ses membres à vivre dans l'isolement, a été déclarée illégale par les autorités. "Les informations que nous avons (...) font état d'un bilan provisoire de 1.080 civils tués. Des hommes, des femmes, des vieillards et des enfants", a déclaré le président du groupe parlementaire de l'Unita (Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola, opposition) Raul Danda dans un communiqué. L'Unita, dont la province de Huambo est l'un des bastions, est accusée par les représentants locaux du MPLA, le parti du président José Eduardo dos Santos, d'encourager les violences en coulisses. José Kalupeteka a été arrêté mercredi dernier et se trouve en détention dans un lieu tenu secret, a déclaré son avocat qui n'a pas pu entrer en contact avec lui. (Herculano Coroado; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant