L'opposant gabonais Ping dénonce un assaut meurtrier contre son QG de campagne

le
0
    ACCRA, 1er septembre (Reuters) - L'opposant gabonais Jean 
Ping, qui revendique sa victoire à l'élection présidentielle de 
samedi dernier, a déclaré jeudi matin que les forces de sécurité 
et la garde républicaine avaient pris d'assaut son QG de 
campagne, faisant deux morts et de nombreux blessés. 
    Affirmant que "tout le monde sait" qu'il a remporté la 
présidentielle face au président sortant Ali Bongo, il a réclamé 
une assistance internationale pour protéger la population. 
    Des heurts ont éclaté mercredi à Libreville, où des 
manifestants ont mis le feu à l'Assemblée nationale après 
l'annonce de la réélection d'Ali Bongo. 
    Au pouvoir depuis la mort de son père, Omar Bongo, en 2009, 
le chef de l'Etat sortant a été déclaré réélu avec 49,80% des 
voix contre 48,23% pour Jean Ping, selon les résultats 
définitifs du scrutin annoncés par le ministre de l'Intérieur, 
Pacôme Moubelet Boubeya.   
    Dénonçant un "coup de force électoral", Jean Ping a demandé 
"solennellement" à la Commission électorale de procéder "au 
comptage des résultats bureau de vote par bureau de vote". 
 
 (Matthiew Mpoke Bigg; Henri-Pierre André pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant