L'opposant cambodgien Sam Rainsy démissionne de son parti

le
2
    PHNOM PENH, 11 février (Reuters) - Le chef de file de 
l'opposition cambodgienne Sam Rainsy a démissionné samedi de la 
présidence de son parti, après la menace du Premier ministre, 
Hun Sen, d'une modification législative susceptible de viser des 
opposants à quelques mois seulement d'élections importantes. 
    Hun Sen a annoncé il y a quelques jours qu'une loi serait 
amendée pour rendre inéligible pour cinq ans toute personne 
condamnée, une mesure qui s'appliquerait entre autres à Sam 
Rainsy. 
    Ce dernier a en effet été condamné pour diffamation à 
plusieurs reprises par des tribunaux critiqués pour être 
influencés par le chef du gouvernement. Il vit en exil en France 
et n'est pas rentré au Cambodge depuis 2015. 
    La modification de la loi de 1998 évoquée par Hun Sen 
permettrait aussi la dissolution de partis politiques dont un 
dirigeant aurait été condamné pour un délit grave ou un crime. 
    Rainsy a annoncé sur les réseaux sociaux sa démission 
inattendue de la direction du Parti du sauvetage national du 
Cambodge (CNRP).  
    Il évoque simplement des "raisons personnelles",  sans faire 
de lien avec le projet de Hun Sen. 
    "Je démissionne de mes fonctions de dirigeant du CNRP pour 
le bien du parti", a-t-il dit sur Twitter. "En toutes 
circonstances, je chéris et je soutiens de tout mon coeur les 
idéaux du CNRP." 
    Des élections locales doivent avoir lieu en juin au 
Cambodge, et des élections législatives l'an prochain. 
L'opposition reproche à Hun Sen, un ancien soldat khmer rouge, 
de manoeuvrer pour assurer son maintien au pouvoir. 
     
 
 (Prak Chan Thul; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dpax12 le samedi 11 fév 2017 à 16:56

    Rappelez vous S21, la machine de mort khmère rouge! Ils sont encore au pouvoir !

  • dpax12 le samedi 11 fév 2017 à 16:24

    Ces criminels sont encore au pouvoir !