L'opérateur SFR prévoit de supprimer 856 emplois

le
0
L'OPÉRATEUR SFR PRÉVOIT DE SUPPRIMER 856 EMPLOIS
L'OPÉRATEUR SFR PRÉVOIT DE SUPPRIMER 856 EMPLOIS

PARIS (Reuters) - L'opérateur SFR, filiale de Vivendi, a annoncé mercredi avoir engagé des négociations avec les organisations syndicales sur son plan de réorganisation prévoyant au total 856 suppressions d'emplois.

Le deuxième opérateur français de téléphonie mobile avait annoncé cet été qu'il prévoyait de réduire ses effectifs pour faire face à la baisse attendue de son activité et de ses marges dans un contexte de concurrence accrue sur le marché français des télécoms.

L'entreprise prévoit de mettre en place un plan de départs volontaires portant sur 1.123 emplois qui sera en partie compensé par 267 créations de postes, a-t-on précisé chez l'opérateur.

Ce chiffre correspond aux estimations des organisations syndicales qui tablaient sur une réduction des effectifs de l'ordre de 10% chez l'opérateur qui emploie au total 10.000 personnes.

La direction de SFR devait dévoiler les détails de son plan de réorganisation lors d'un comité central d'entreprise organisé ce matin au siège administratif de la société à La Défense.

"Ce plan de transformation vise à maintenir les investissements de SFR dans les infrastructures très haut débit et à permettre de disposer d'une organisation performante capable d'apporter à l'ensemble des clients une large gamme de services toujours plus compétitifs et innovants", explique l'entreprise dans un communiqué.

SECTEUR CHAMBOULÉ

Le secteur est ébranlé par la guerre des prix déclenchée sur le marché du mobile par l'arrivée en janvier d'un quatrième acteur aux prix agressifs, la filiale d'Iliad Free mobile.

Le succès de ses offres à bas coûts a provoqué un exode massif d'abonnés chez les trois opérateurs historiques - France Télécom, SFR et Bouygues Telecom - qui ont riposté en abaissant les tarifs de leurs propres offres au prix d'une dégradation de leurs marges.

Outre SFR, Bouygues Telecom a annoncé début juillet un plan de départs volontaires portant sur 556 postes tandis que l'opérateur historique France Télécom a décidé de ralentir le rythme de ses recrutements.

Le secteur des télécoms représente au total en France quelque 300.000 emplois directs et indirects.

Si les flux d'abonnés commencent à se stabiliser, les baisses de tarifs consenties par les différents opérateurs vont continuer de pénaliser leurs résultats à mesure que leurs clients renouvellent leur contrat.

SFR, qui a regagné 40.000 abonnés dans le mobile au troisième trimestre, attend ainsi un recul proche de 12% de son résultat opérationnel (Ebitda) sur l'ensemble de 2012.

France Télécom a quant à lui sabré sa prévision de dividende pour 2012 et 2013, en disant anticiper une année 2013 plus difficile que prévu.

A 10h40, l'action Vivendi, maison mère de SFR, cède 0,95% à 16,165 euros à la Bourse de Paris alors que le CAC 40 abandonne 0,43% dans le même temps.

Gwénaëlle Barzic, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant