L'opérateur de Fukushima pourrait être nationalisé

le
0
Alors que Tepco peine à contenir les fuites des réacteurs, un membre du gouvernement japonais juge l'hypothèse d'une nationalisation «possible». Le titre a été suspendu de cotation après cette annonce.

Alors que l'opérateur du site de Fukushima peine à stopper les fuites des réacteurs nucléaires, le gouvernement japonais, qui avait jugé «inacceptables» les erreurs de communication de Tepco, songerait à nationaliser la société qui fournit de l'électricité à un tiers de la population japonaise. Une option «possible» pour le ministre délégué à la Stratégie nationale, Koichiro Gemba, cité par l'agence de presse Kyodo. Selon le quotidien Yomiuri, certains membres du gouvernement ont proposé un plan en vertu duquel l'Etat prendrait une part majoritaire au sein de Tepco, et l'aiderait à verser des indemnisations pour les dégâts provoqués par l'accident nucléaire. De son côté, le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, affirme que cette hypothèse «n'est pas d'actualité pour le moment». Pour lui, la gestion de la crise nucléaire doit rester la première des priorités.

Quoi qu'il en soit cette annonce a fait plonger l'action à la Bourse de Tokyo, dont la

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant