L'Opep pense à renforcer, prolonger la baisse de la production

le
0
    MOSCOU, 4 octobre (Reuters) - L'Opep envisage de renforcer 
ou de prolonger son accord de réduction de la production avec 
des pays non-membres, ont dit mercredi deux ministres de l'Opep, 
laissant la porte ouverte à de nouvelles mesures visant à 
soutenir les prix du pétrole. 
    L'accord, signé par l'Organisation des pays exportateurs de 
pétrole et certains pays non-Opep, la Russie notamment, et qui 
prévoit une baisse de la production d'environ 1,8 million de 
barils par jour (bpj), arrive à échéance en mars 2018. 
    Le ministre iranien du Pétrole, qui figure parmi les 
ministres présents à Moscou pour assister à un forum sur 
l'énergie, a dit qu'il ne voyait pas d'objection au sein de 
l'Opep à une prolongation, voire à un renforcement, du pacte. 
    "Cela dépend d'une décision collective et d'un consensus au 
sein de l'Opep, mais je pense qu'il n'y a pas d'objection à 
cette proposition", a dit à Reuters Bijan Zanganeh, en réponse à 
la question de savoir s'il y avait des négociations à ce propos. 
    Interrogé pour savoir si l'absence d'objection au sein de 
l'Opep portait également sur une éventuelle augmentation des 
baisses prévues dans l'accord, il a répondu: "Oui, je discute." 
    Les réductions de la production et l'augmentation de la 
demande ont commencé à faire fondre l'excédent d'offre, ce qui a 
contribué à ramener le baril de Brent  LCOc1  tout près des 60 
dollars, son plus haut niveau en plus de deux ans. 
     Le ministre vénézuélien du Pétrole, Eulogio del Pino, a lui 
aussi affirmé qu'il y avait des discussions sur un éventuel 
renforcement ou une prolongation de l'accord signé fin 2016. 
    Une décision dans ce sens est impossible sans le soutien de 
l'Arabie saoudite et de la Russie, plus important producteur 
hors Opep à participer à l'accord. Moscou a dit qu'il était 
prématuré de parler d'une prolongation de l'accord. 
    Par ailleurs, l'Opep cherche à attirer d'autres producteurs 
dans le pacte. Le ministre du Venezuela a fait savoir que 10 à 
12 nouveaux pays producteurs d'Afrique et d'Amérique latine 
avaient été invités à y participer. 
    Deux petits producteurs qui ne font pas partie de l'accord - 
l'Egypte et le Turkménistan - étaient invités à la dernière 
réunion de l'Opep au mois de mai, sans pour autant contribuer 
aux réductions volontaires de la production. 
    Présent lui aussi à Moscou, le secrétaire général de l'Opep, 
Mohammed Barkindo, a déclaré qu'il était convaincu que 
l'organisation serait en mesure de rétablir une stabilité 
durable des prix du pétrole sur les marchés mondiaux. 
 
 (Vladimir Soldatkine, Katia Goloubkova, Jack Stubbs et Olessia 
Astakhova, Juliette Rouillon pour le service français, édité par 
Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant