L'OPEP craint un recul de la demande en pétrole

le
1

Commodesk - L'Organisation des pays producteur de pétrole prévoit un recul de la demande de pétrole, l'année prochaine.

Dans son dernier point mensuel World Oil Outlook du 11 novembre, l'organisation table sur une plus faible demande due au ralentissement économique, qui frapperait à la fois l'Inde, la Chine, les Etats-Unis et l'Europe.

L'OPEP s'attend donc à vendre en 2013 autour de 770.00 barils par jour, en retrait de 10.000 barils/jour par rapport à la moyenne de 2012, dans une fourchette haute, et jusqu'à 20% de moins, 625.000 barils, dans une hypothèse basse.

Cela se traduirait par des ajustements des capacités de raffinage. La Chine a par exemple revu à la baisse la semaine dernière la capacité de ses raffineries pour tenir compte de cette nouvelle donne pétrolière.

Comme l'IEA, l'Organisation s'attend à l'émergence de nouveaux carburants, comme le pétrole de schiste, chez les pays producteurs n'appartenant pas à l'OPEP, ce qui nivellerait la demande en pétrole conventionnel les cinq années à venir.

Côté producteurs, le Nigeria, l'Arabie Saoudite et l'Iran ont réduit de plus de 50.000 barils/jour leur offre le mois dernier, un recul en partie compensé par le relèvement des productions irakienne, libyenne et angolaise. Platts souligne cependant qu'à 31.000 barils/jour produits, l'OPEP excède encore d'un million de barils/jour le plafond qu'elle s'était fixé en décembre et avait confirmé en juin dernier.

L'OPEP regroupe un tiers des producteurs de pétrole, mais ne comprend pas la Russie, second producteur mondial.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nandfer le vendredi 16 nov 2012 à 23:35

    logiquement, le pétrole doit baisser : crise économique, gaz de schiste, énergie nouvelle , tout va dans ce sens .