L'Opep admet le rôle croissant des pétrole et gaz de schiste

le
0
VERS UN RÔLE CROISSANT DES PÉTROLE ET GAZ DE SCHISTE
VERS UN RÔLE CROISSANT DES PÉTROLE ET GAZ DE SCHISTE

par Alex Lawler

LONDRES (Reuters) - L'Opep a reconnu pour la première fois jeudi que les technologies d'extraction de pétrole et de gaz de schiste étaient en train de modifier le paysage mondial de l'énergie et elle a constaté que la demande de pétrole devrait progresser moins vite qu'attendu jusqu'à présent.

Dans son rapport annuel sur les Perspectives pétrolières mondiales, l'organisation des pays exportateurs a réduit sa prévision de demande à l'horizon 2016 en raison de la faiblesse de la croissance et elle a augmenté sa prévision d'augmentation de l'offre des pays non-membres.

"Au vu de l'augmentation significative récente de la production de pétrole et de gaz de schiste en Amérique du Nord, il est désormais clair que ces ressources pourraient jouer un rôle de plus en plus important dans les perspectives d'offre non-Opep à moyen et long termes", explique le rapport.

Le cartel a été plus lent que d'autres grands acteurs du marché de l'énergie à prendre acte de l'impact des nouvelles technologies, comme la fracturation hydraulique ("fracking").

A l'inverse, le directeur général de la compagnie américaine Conoco, Ryan Lance, est allé jusqu'à prédire que l'Amérique du Nord pourrait être auto-suffisante en pétrole et en gaz d'ici 2025.

Dans ses nouvelles perspectives, l'Opep estime que le pétrole de schiste contribuera à l'offre mondiale à hauteur de deux millions de barils par jour (bpj) d'ici 2020 et de trois millions d'ici 2035. A titre de comparaison, deux millions de bpj représentent la production actuelle du Nigeria, premier exportateur de pétrole d'Afrique et membre de l'organisation.

A moyen terme, précise l'Opep, l'Amérique du Nord devrait assurer la majeure partie de la production de pétrole de schiste mais d'autres régions pourraient, à plus long terme, apporter de "modestes" contributions à la croissance de cette énergie.

Les éditions précédentes de ce rapport ne mentionnaient aucune augmentation significative de la production de pétrole de schiste.

MOINS DE DEMANDE POUR LE PÉTROLE DE L'OPEP

Celle de jeudi montre parallèlement que le monde devrait avoir de moins en moins besoin du pétrole de l'Opep, dont les membres extraient aujourd'hui un tiers environ de l'or noir consommé sur la planète et détiennent quelque 80% des réserves de brut conventionnel.

Cette évolution sera liée notamment à la croissance ralentie de la demande globale: l'Opep prévoit désormais que celle-ci représentera 92,9 millions de bpj en 2016, soit plus d'un million de moins que prévu dans le rapport précédent.

D'ici 2035, la consommation devrait atteindre 107,3 millions de bpj, un chiffre réduit de plus de deux millions par rapport à l'an dernier. En 2011, la demande mondiale représentait 87,8 millions de bpj.

En raison notamment de la montée en puissance du pétrole de schiste, l'offre des pays extérieurs à l'Opep devrait atteindre 56,6 millions de bpj d'ici 2016, soit 4,2 millions de plus que l'an dernier.

Conséquence directe: la demande de pétrole Opep devrait tomber à 29,70 millions de bpj en 2016, un niveau inférieur à la production actuelle de ses membres. Ce chiffre a été réduit de 1,6 million en un an.

"Cette révision à la baisse, conjuguée aux nouvelles estimations des capacités de production de l'Opep à moyen terme, implique que la capacité pétrolière excédentaire de l'Opep devrait dépasser cinq millions de bpj dès 2013-2014", précise le rapport.

L'organisation prévoit que son prix de référence du baril de brut devrait s'établir en moyenne à 100 dollars à moyen terme, alors qu'il envisageait l'an dernier une fourchette de 85 à 95 dollars pour la décennie 2010-2020. L'inflation devrait ensuite porter le prix du baril à 120 dollars d'ici 2025 et 155 dollars d'ici 2035.

Le panier de référence de l'Opep cotait un peu moins de 107 dollars jeudi.

Marc Angrand pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant