L'Onu va larguer ses premiers colis alimentaires en Syrie

le
0
 (Actualisé ace précisions) 
    GENEVE, 18 février (Reuters) - Les Nations unies ont 
l'intention de larguer leurs premiers colis alimentaires en 
Syrie, à Daïr az Zour, ville de 200.000 habitants assiégée par 
les djihadistes de l'organisation l'Etat islamique (EI), a 
annoncé jeudi le diplomate Jan Egeland, à l'issue d'une réunion 
à ce sujet.  
    Les agences onusiennes n'ont pas d'accès direct aux zones 
tenues par l'EI en Syrie, parmi lesquelles figure Daïr az Zour, 
où les populations civiles manquent de nourriture et se trouvent 
dans des situations de plus en plus difficiles. 
    Jan Egeland, qui préside la cellule de suivi de l'accès 
humanitaire mise sur pied par le Groupe international de soutien 
à la Syrie (GISS), a confirmé que les convois de l'Onu avaient 
bien atteint cinq secteurs assiégés. 
    Pour Daïr az Zour, le Programme alimentaire mondial (Pam) a  
une "solution concrète", a-t-il indiqué, s'adressant à la 
presse. 
    "C'est une opération compliquée, a-t-il dit, qui serait, en 
bien des points, une première en son genre", a déclaré Jan 
Egeland. Avec le siège de Daïr az Zour, seuls des parachutages 
sont possibles pour venir en aide à la population, a-t-il 
expliqué. 
    Selon Bettina Lüscher, porte-parole du Pam, l'opération sera 
menée avec le concours du Croissant-Rouge et de partenaires 
locaux chargés de préparer les parachutages. 
    Daïr az Zour est le chef-lieu de la province du même nom qui 
relie la capitale de facto de l'EI, Rakka, aux territoires 
contrôlés par le groupe sunnite fondamentaliste en Irak. 
    Jan Egeland a présidé une réunion de trois heures consacrée 
à la question humanitaire en Syrie, lors de laquelle, dit-il, de 
nombreux Etats membres se sont engagés à appuyer les efforts 
pour atteindre Daïr az Zour. Il a fait état d'une "excellente 
coopération" entre les Etats-Unis et la Russie. 
    Ces dernières 24 heures, 114 camions de l'Onu ont livré de 
la nourriture et du matériel médical à 80.000 personnes dans 
cinq zones assiégées, a précisé Jan Egeland. Il a demandé que 
l'Onu puisse accéder aux quatre millions de personnes qui se 
trouvent dans des zones de Syrie difficiles d'accès. 
    L'émissaire des Nations unies en Syrie, Staffan de Mistura, 
a laissé entendre que des parachutages pourraient avoir lieu 
au-dessus d'autres villes assiégées, évoquant l'est d'Alep,  
Daraya, Keffraya ou encore Foua. 
    Selon des estimations de l'Onu, 486.700 personnes sont 
assiégées dans une quinzaine de zones et 4,6 millions d'autres 
sont situées dans des zones difficilement accessibles. 
    "Nous espérons être en mesure d'atteindre les dernières 
zones dans les jours à venir", a dit Jan Egeland. 
    Dans un communiqué, le ministre britannique des Affaires 
étrangères a déclaré "qu'affamer des civils était une méthode de 
combat inacceptable et que la communauté internationale, et tout 
particulièrement la Syrie qui a une influence particulière, 
exerce une pression que le régime Assad afin qu'il lève les 
sièges et garantisse un accès humanitaire total." 
 
 (Stephanie Nebehay; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant