L'Onu va diminuer son aide alimentaire aux Syriens faute de fonds

le
0

par Stephanie Nebehay GENEVE, 17 septembre (Reuters) - Les Nations unies vont devoir réduire drastiquement leur aide alimentaire à quatre millions de Syriens à l'intérieur du pays en guerre, faute de financements, a déclaré mercredi à Reuters un responsable de l'Onu. John Ging, directeur des opérations du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha), a précisé que les rations alimentaires seraient réduites de 40% d'ici au mois d'octobre et davantage encore le mois suivant. "C'est parce que nous manquons de fonds. C'est une catastrophe pour les gens qui dépendent de l'aide", a-t-il souligné. Le Programme alimentaire mondial (Pam) a distribué en août des rations alimentaires à 4,1 millions de personnes en Syrie, un nombre record. Alors que les conditions d'accès aux populations qui en ont le plus besoin se sont améliorées, davantage de convois d'aide ayant pu franchir les lignes de front cet été, l'appauvrissement des rations alimentaires va rendre l'hiver encore plus pénible pour les habitants, a relevé John Ging. "En octobre, le Pam ne pourra fournir que 60% de ce qu'il fournissait jusqu'à présent. En novembre, cela tombera à 40%", a-t-il détaillé. Lors d'une réunion à huis clos consacrée au conflit syrien, en présence des donateurs occidentaux, mais aussi de la Russie et de l'Iran, alliés de Bachar al Assad, un responsable du Pam a prévenu que la ration quotidienne des réfugiés pourrait tomber à 825 calories, bien moins de la moitié de l'apport conseillé, ont dit des diplomates. CONVOIS HUMANITAIRES L'Onu pourrait aussi être contrainte de revoir à la baisse son aide aux Syriens réfugiés dans les pays limitrophes - Liban, Jordanie, Turquie et Irak. Il s'écoule environ trois mois entre le moment où le Pam passe commande de nourriture et celui où elle le distribue sur le terrain, ce qui fait que la pénurie va se faire sentir "au moment où on a le plus besoin de l'aide", a souligné John Ging. Le responsable de l'Ocha a précisé que le Pam avait un besoin urgent de 44 millions de dollars (34 millions d'euros) pour ses opérations en Syrie, et de 56 millions de dollars (43,5 millions d'euros) supplémentaires pour l'aide aux réfugiés dans les pays voisins. Le Conseil de sécurité de l'Onu a autorisé en juillet les livraisons d'aide humanitaire aux populations civiles syriennes sans l'accord du gouvernement de Damas. Quatorze convois ont depuis franchi la frontière depuis la Turquie et la Jordanie, a indiqué John Ging. Ces convois ont pu atteindre pour la première fois des zones assiégées et difficiles d'accès, a-t-il dit, mais pas l'ensemble du territoire syrien et pas, en particulier, les régions contrôlées par les djihadistes de l'Etat islamique. (Tangi Salaün pour le service français) )

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant