L'Onu presse Damas d'aller plus vite dans les négociations

le
0
 (Ajoute déclarations de De Mistura et Kodmani) 
    GENEVE, 18 mars (Reuters) - Le gouvernement de Damas doit 
présenter plus clairement et sans attendre ses idées sur la 
transition politique en Syrie au lieu de se contenter de 
principes généraux sur le processus de paix, a déclaré vendredi 
à Genève le médiateur des Nations unies, Staffan de Mistura. 
    "Nous sommes pressés", a-t-il dit aux journalistes après une 
"intense" journée de discussions avec la délégation 
gouvernementale syrienne puis avec le Haut Conseil des 
négociations (HCN), principal groupe de l'opposition au 
président Bachar al Assad. 
    Staffan de Mistura a ajouté avoir donné beaucoup de travail 
aux deux délégations pour le week-end afin que les négociations 
puissent avancer plus vite à partir de lundi prochain, en vue de 
parvenir à "une plate-forme commune minimale" sur la transition 
politique. 
    L'une des négociatrices du HCN, Bassma Kodmani, a accusé le 
gouvernement syrien de vouloir fixer des règles différentes de 
celles qui avaient été décidées, compromettant ainsi les 
négociations. 
    Elle a ajouté avoir remis à Staffan de Mistura des 
propositions sérieuses et a dit attendre que la délégation de 
Damas fasse de même.  
    L'émissaire de l'Onu a admis qu'il existait toujours de 
profondes divergences entre les deux camps. 
    Le chef de la délégation du gouvernement syrien avait 
auparavant fait état de discussions utiles avec Staffan de 
Mistura, centrées sur les propositions avancées par Damas. 
    Le gouvernement syrien a transmis lundi à Staffan de Mistura 
un document intitulé "éléments de base pour une solution 
politique".   
    "L'approbation de ce document (...) conduira à un dialogue 
sérieux entre les Syriens et contribuera à construire notre 
pays, la Syrie", a déclaré aux journalistes Bachar Dja'afari, 
qui conduit la délégation gouvernementale. 
    "En approuvant ces principes, il sera possible d'ouvrir un 
dialogue sérieux sous direction syrienne, sans conditions 
préalables", a-t-il ajouté. 
    Mardi, l'opposition syrienne a souhaité que le gouvernement 
de Damas formule clairement et dans le détail ses idées sur la 
transition politique.   
    Elle a ensuite présenté ses propres propositions en faveur 
d'un "processus de changement démocratique, radical, profond et 
complet" en Syrie. 
 
 (Tom Miles, Stephanie Nebehay et Suleiman al-Khalidi, Guy 
Kerivel pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant