L'Onu pourrait voter de nouvelles sanctions contre Pyongyang

le
0
 (Actualisé avec détails des sanctions) 
    NATIONS UNIES, 28 novembre (Reuters) - Le Conseil de 
sécurité des Nations unies devrait se prononcer mercredi matin 
sur un projet de résolution présenté par les Etats-Unis 
proposant de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord après 
le cinquième essai nucléaire auquel elle a procédé en septembre, 
indiquent des diplomates. 
    Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité 
(Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne) se sont 
mis d'accord sur l'adoption de sanctions supplémentaires contre 
le régime de Pyongyang, précisent les diplomates. 
    Ces mesures concerneraient notamment les exportations 
nord-coréennes et viseraient à compléter celles adoptées en mars 
après un précédent test nucléaire en janvier, selon le document 
consulté par Reuters vendredi. 
    La résolution devrait interdire aux pays membres de l'Onu 
d'importer du charbon, de l'acier et du minerai de fer en 
provenance de Corée du Nord afin d'empêcher le pays de générer 
des revenus qui pourraient être utilisés à financer son 
programme atomique. 
    La résolution limiterait les exportations nord-coréennes de 
charbon à 400,9 millions de dollars par an à compter du 1er 
janvier. 
    Le charbon est une ressource particulièrement importante 
pour l'économie nord-coréenne car c'est sa seule source de 
devises fortes et sa principale matière première à 
l'exportation. Pyongyang serait également interdit d'exporter du 
cuivre, du nickel, de l'argent et du zinc. 
    Interdiction serait également faite aux exportations 
d'hélicoptères, de navires et de statues, réfutant les contrats 
du type de ceux conclus par le régime communiste afin de 
construire d'importantes statues dans certains pays africains. 
    Le projet demande également aux pays membres de réduire leur 
présence diplomatique et de limiter les comptes bancaires à un 
par mission diplomatique nord-coréenne. 
    Onze personnes supplémentaires, dont des diplomates ayant 
servi en Egypte et en Birmanie, et dix personnes morales visées 
par des interdictions de territoire et des gels d'avoirs 
seraient ajoutées sur la liste noire du Conseil de sécurité. 
    La Corée du Nord a annoncé le 9 septembre avoir procédé à un 
cinquième essai nucléaire souterrain, d'une puissance sans 
précédent, et a affirmé être désormais en mesure d'équiper des 
missiles balistiques d'ogives nucléaires. 
    L'essai avait correspondu avec le 68e anniversaire de la 
fondation du pays. Selon certaines estimations, il était d'une 
puissance supérieure à l'explosion à Hiroshima en 1945. 
    Sous la houlette de son dirigeant de 32 ans, Kim Jong-un, la 
Corée du Nord a accéléré ses programmes nucléaire et balistique, 
malgré les sanctions de l'Onu, qui ont été renforcées en mars. 
     
 
 (Michelle Nichols; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant