L'ONU, l'UE, Obama et Sarkozy félicitent Ouattara

le
0
Alors que Laurent Gbagbo doit être investi samedi, des tirs très violents opposant des partisans du président sortant à ceux d'Alassane Ouattara ont fait deux morts à Abidjan. Le premier ministre, qui a annoncé soutenir Ouattara, va poser sa démission.

Le bras de fer se poursuit et la tension monte d'un cran en Côte d'Ivoire. Deux personnes ont été tuées après des tirs nourris des forces de l'ordre dans la nuit de vendredi à samedi dans un quartier populaire du sud d'Abidjan, où des partisans du président Laurent Gbagbo et d'Alassane Ouattara se sont affrontés.

Sans surprise, le Conseil constitutionnel a déclaré vendredi Laurent Gbagbo vainqueur de l'élection présidentielle, avec 51% des voix. Jeudi soir, l'institution, présidée par un proche du président sortant, avait invalidé le résultat proclamé par la commission électorale indépendante (CEI), qui donnait la victoire à Alassane Ouattara avec 54% des voix. Mais le Conseil a annoncé vendredi avoir «annulé» les votes dans sept départements du nord, fief de l'ancien premier ministre, où, selon le camp Gbagbo, le scrutin avait été «frauduleux». Vendredi soir, Ouattara sortait toutefois de sa réserve en déclarant officiellement «être le président é

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant