L'ONU juge illégale la détention de Julian Assange

le
0
L'ONU juge illégale la détention de Julian Assange
L'ONU juge illégale la détention de Julian Assange

Vivant reclus dans l'ambassade d'Equateur à Londres depuis trois ans et demi, le fondateur de WikiLeaks Julian Assange est en réalité «détenu» illégalement. C'est la conclusion du groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire, dévoilée jeudi par le ministère des Affaires étrangères suédois. Selon Per Samuelsson, l'avocat suédois de Julian Assange, les conclusions du groupe de travail de l'ONU signifient que la Suède «viole la convention européenne des droits de l'Homme».

«Nous pouvons simplement constater que le groupe de travail est arrivé à une autre conclusion que les autorités judiciaires suédoises», a déclaré une porte-parole du ministère, alors que la justice suédoise cherche à interroger l'Australien et a émis un mandat d'arrêt européen contre Julian Assange, accusé par une Suédoise d'un viol qui aurait été commis dans la région de Stockholm en août 2010. Pour le parquet chargé de l'enquête, l'avis de l'ONU, sans caractère contraignant, n'a aucune conséquence sur la suite de cette affaire.

De son côté, le gouvernement britannique a rappelé qu'il «continue à être légalement obligé d'extrader M. Assange», selon un porte-parole. «M. Assange n'a jamais été détenu arbitrairement par le Royaume Uni, il a délibérément évité une arrestation légale en choisissant de rester dans l'ambassade d'Équateur».

Assange a peur d'être extradé aux Etats-Unis

Plus tôt dans la journée, Assange ne l'entendait pas du tout de la même oreille, affirmant que si le groupe de travail, lui donnait raison, il attendait «la restitution immédiate de (son) passeport et la fin de toute nouvelle tentative de (l)'arrêter».

Julian Assange affirme qu'il refuse de se rendre en Suède de peur d'être extradé vers les États-Unis, où il pourrait se voir reprocher la publication par WikiLeaks en 2010 de 500 000 documents classés secret défense sur l'Irak et l'Afghanistan et 250 000 communications ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant