L'Onu et le CICR dénoncent la "paralysie" face aux conflits

le
0

GENEVE, 1er novembre (Reuters) - Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, et le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, ont lancé samedi un avertissement qu'ils disent "sans précédent" aux Etats du monde entier pour faire cesser les conflits, respecter le droit international et venir en aide aux réfugiés. "Face à une inhumanité criante, le monde a répondu par une paralysie troublante, ce qui bafoue la véritable raison d'être des Nations unies", écrivent-ils dans un communiqué. L'Onu est confrontée à une série de conflits et de crises d'une intensité telle que 60 millions de personnes ont perdu leur maison, que le besoin d'aide humanitaire atteint des niveaux sans précédent et que peu de signe d'espoir émerge des processus en cours en Syrie, en Libye ou au Yémen. Devant la presse, Ban Ki-moon a jugé que le droit international était attaqué sur une échelle mondiale, et que la communauté internationale échouait à poursuivre en justice les auteurs de ces atteintes. "Ces violations sont à ce point devenues routinières que le risque existe que des gens pensent que le bombardement délibéré de civils, le ciblage de personnels humanitaires ou de santé et les attaques contre des écoles, des hôpitaux et des lieux de culte sont un produit inévitable des conflits", a-t-il poursuivi. "Ça suffit. Même la guerre a des règles. Il est temps de les faire respecter." Peter Maurer a prévenu pour sa part que dans cette nouvelle ère où des groupes armés ignorent les règles les plus fondamentales, si les gouvernements ne parviennent pas à se montrer à la hauteur de leurs responsabilités, il y aura des millions de victimes supplémentaires. (Tom Miles; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant