L'Onu estime que la famine menace 120.000 Syriens près de Homs

le
0
 (Précisions 3-5) 
    GENEVE, 11 février (Reuters) - L'offensive des forces 
gouvernementales syriennes appuyées par les frappes aériennes 
russes a privé d'accès à l'assistance humanitaire quelque 
120.000 habitants au nord de Homs, dans le centre du pays, ont 
prévenu jeudi les Nations unies. 
    L'agence humanitaire de l'Onu met en garde contre le risque 
élevé de famine et de décès par manque de soins médicaux dans 
cette région rurale, soulignant par exemple que le prix du pain 
est dix fois plus élevé dans les zones rebelles que dans la 
ville de Homs, repassée sous le contrôle de Damas. 
    "On nous parle de pénuries de plus en plus aiguës de 
nourriture, de ressources de base, de produits médicaux et de 
carburant dans la région. Les routes de ravitaillement qui 
étaient utilisées, de façon irrégulière, jusqu'à la mi-janvier 
sont désormais coupées et le prix des vivres encore disponibles 
s'est envolé", note le rapport du bureau humanitaire. 
    Les deux enclaves menacées se situent dans le gouvernorat de 
Homs-Nord, entre Homs et Hama. L'une abrite 90.000 habitants 
entre les villes de Rastan et Talbiseh, l'autre 30.000 habitants 
autour de la ville de Houla.  
    Le dernier convoi de l'Onu est parvenu dans la région en 
octobre dernier. Depuis, les Nations unies demandent 
régulièrement d'y accéder, en vain. 
 
 (Tom Miles; Tangi Salaün et Jean-Stéphane Brosse pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant