L'ONU divisée face à la crise ivoirienne

le
0
Paris a réclamé vendredi une enquête internationale sur les violences.

Face à la montée des violences en Côte d'Ivoire, la France a demandé vendredi une enquête au Conseil des droits de l'homme de l'ONU tandis que le Haut-Commissariat pour les réfugiés a suspendu ses activités dans l'ouest du pays. Jeudi, six femmes ont été tuées à la mitrailleuse lourde à Abidjan par les forces de Laurent Gbagbo. Cinquante personnes sont mortes en une semaine et au moins 365 depuis fin 2010. À New York, le Conseil de sécurité n'a pu qu'appeler «à la plus grande retenue».

Le chef des Casques bleus, Alain Leroy, décrit désormais un pays «au bord de la guerre civile». De son côté, le représentant de la Côte d'Ivoire à l'ONU a regretté qu'aucun des 15 membres du Conseil n'ait proposé un mandat plus robuste des forces de l'Onuci ou une intervention militaire de la force africaine de la Cédéao, alors que le rapport du panel de l'Union africaine chargé de la médiation entre le camp de Laurent Gbagbo et celui d'Alassane Ouattara, attendu cette s

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant