L'Onu dénonce un "climat d'impunité" au Yémen

le
0
    GENEVE/SANAA, 10 octobre (Reuters) - Le Haut Commissaire de 
l'Onu pour les droits de l'homme a dénoncé lundi le "climat 
d'impunité" qui règne au Yémen en l'absence d'une enquête 
internationale sur les probables crimes de guerre commis dans ce 
pays. 
    Zeid Ra'ad al Hussein s'exprimait après la mort de 140 
personnes tuées par un tir de missile alors qu'elles assistaient 
samedi à une veillée funèbre à Sanaa, la capitale yéménite. 
    Le Haut Commissaire a notamment dénoncé l'attitude de pays 
membres du Conseil de l'Onu pour les droits de l'homme qui se 
sont opposés à la mise en place d'une mission d'enquête sur les 
crimes commis au Yémen. 
    Membre de ce conseil, l'Arabie saoudite a pris la tête d'une 
coalition de pays arabes et mène au Yémen une guerre contre les 
miliciens chiites houthis et les partisans de l'ancien président 
Ali Abdallah Saleh appuyés par l'Iran. 
    Après la Syrie et l'Irak, le Yémen est devenu le nouveau 
théâtre de la rivalité régionale entre le régime sunnite 
saoudien et le régime chiite iranien. 
    "L'incapacité du Conseil des droits de l'homme à adopter une 
mesure décisive en ouvrant une enquête internationale contribue 
à un climat d'impunité et les violations se poursuivent de 
manière régulière", a déploré Zeid. 
    Cette position a été reprise de manière plus explicite par 
le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, qui a estimé que 
des responsabilités devaient être établies pour le "comportement 
épouvantable" des parties en présence dans ce conflit. 
    "Les attaques aériennes de la coalition sous direction 
saoudienne ont déjà provoqué un immense carnage et détruit la 
majeure partie des installations médicales du pays ainsi que 
d'autres infrastructures civiles essentielles", a-t-il déclaré 
devant la presse. 
    Depuis que le conflit a pris une dimension internationale 
avec l'engagement de l'Arabie saoudite, plus de 4.000 civils ont 
été tués et plus de 7.200 ont été blessés, précise un communiqué 
de l'Onu. 
    Le bilan pour les dix premiers jours d'octobre est de 369 
morts civils, soit trois fois plus que sur la même période en 
septembre, et de 379 blessés. 
    L'Iran réclame pour sa part que l'Arabie saoudite et ses 
alliés de la coalition soient tenus responsables de crimes de 
guerre commis depuis un an et demi au Yémen, a déclaré le 
ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. 
    Cette déclaration est contenue dans une lettre adressée à 
Ban Ki-moon et dont le contenu est évoqué par la chaîne Press 
TV. Dans son courrier, Zarif demande également que l'Iran soit 
autorisé à envoyer un avion d'aide humanitaire à Sanaa.    
 
 (Stephanie Nebehay avec Mohammad Ghobari à Sanaa et Michelle 
Nichols à l'Onu; Pierre Sérisier pour le service français, édité 
par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant