L'Onu dénonce la "rhétorique guerrière" sur le nucléaire iranien

le
0

NATIONS UNIES (Reuters) - Les Nations unies ont appelé vendredi toutes les parties impliquées dans le dossier du nucléaire iranien à éviter "la rhétorique guerrière" alors que l'actuelle Assemblée générale de l'Onu a été marquée par les discours virulents de Mahmoud Ahmadinejad et de Benjamin Netanyahu.

"Il est évident qu'une rhétorique et un ton guerriers ne sont d'aucune aide", a déclaré le porte-parole de l'Onu, Martin Nesirky, interrogé sur le discours prononcé la veille par le Premier ministre israélien.

"Ce qui est également évident c'est que l'Iran doit prouver à la communauté internationale que son programme nucléaire a une visée pacifique."

La République islamique est soupçonnée par l'Occident de chercher à se doter de l'arme nucléaire. Téhéran dément et assure que son programme nucléaire est purement civil.

Illustrant ses propos à l'aide du dessin d'une bombe prête à exploser, Benjamin Netanyahu a laissé entendre jeudi qu'Israël pourrait intervenir militairement pour empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire.

Selon le chef du gouvernement israélien, Téhéran pourrait disposer de suffisamment d'uranium enrichi pour fabriquer une bombe nucléaire d'ici le printemps ou l'été 2013.

La mission iranienne à l'Onu a aussitôt accusé Benjamin Netanyahu d'avoir proféré des "allégations sans fondement et absurdes" et a prévenu que Téhéran se réservait "le droit de riposter avec toute la force nécessaire à toute attaque."

"TERRORISME NUCLEAIRE"

Vendredi, lors d'une réunion à l'Onu, le chef de la diplomatie iranienne a déclaré que son pays considérait toute éventuelle attaque contre ses installations nucléaires comme un acte terroriste.

"Dans un pays (où) non seulement les habitants sont pris pour cibles par des groupes terroristes mais également où les installations nucléaires font l'objet de cyber-attaques et d'actes de sabotage soutenus par l'étranger, nous accordons une importance particulière à la nécessité d'empêcher le terrorisme nucléaire", a déclaré Ali Akbar Salehi.

"Tous les Etats ont l'obligation légale d'empêcher toute attaque ou menace d'attaque visant des installations nucléaires pacifiques, qu'elles soient opérationnelles ou en construction, et toute implication directe ou indirecte dans des actes de sabotage contre ces installations."

En cas d'échec de la voie diplomatique, les Etats-Unis et Israël n'ont pas exclu de mener des frappes militaires aériennes contre les installations nucléaires iraniennes.

"Tout acte de cette nature commis par un Etat (...) est une manifestation de terrorisme nucléaire et constitue une grave violation des principes de la charte de l'Onu et du droit international", a dit Salehi.

"Le terrorisme nucléaire ne devrait pas être utilisé comme un prétexte pour violer le droit inaliénable à l'utilisation pacifique de la technologie et de la science nucléaires", a-t-il conclu.

Louis Charbonneau et Michelle Nichols, Marine Pennetier pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant