L'Onu demande que le gouvernement libyen soit soutenu

le , mis à jour à 23:15
0
    GENEVE, 27 septembre (Reuters) - L'envoyé spécial des 
Nations unies en Libye a appelé mardi la communauté 
internationale à soutenir le nouveau gouvernement libyen d'unité 
nationale et à faire en sorte de faire respecter l'interdiction 
des armes. 
    Martin Kobler a également mentionné "quelques signes 
positifs" dans la gestion du secteur pétrolier libyen, notamment 
en ce qui concerne l'acheminement des recettes pétrolières vers 
les caisses de l'Etat. 
    Mais la corruption et le non respect du droit restent 
problématiques en Libye, a souligné Martin Kobler qui a qualifié 
d'"abominables" les centres de rétention des migrants qui 
tentent de rejoindre l'Europe. 
    Le gouvernement d'union nationale (GNA), qui s'est installé 
fin mars à Tripoli, essaie depuis d'étendre son autorité au-delà 
de la capitale. 
    "Il est très important que la communauté internationale 
maintienne la cohésion dans le but d'amener le gouvernement 
d'union nationale à un stade où il puisse effectivement 
s'attaquer aux questions sur la table", a déclaré Martin Kobler 
aux journalistes après s'être adressé au Conseil des droits de 
l'home des Nations unies à Genève. 
    Le général Khalifa Haftar, qui combat les islamistes et 
d'autres opposants à Benghazi et dans l'est, ne reconnaît pas 
l'autorité du GNA. Il empêche notamment le Parlement de voter 
pour avaliser le GNA et conteste l'accord conclu en décembre 
dernier sous l'égide de l'Onu pour unifier la Libye. 
    Selon Martin Kobler, 26 millions d'armes se trouvent en 
Libye pour une population de six millions d'habitants. Tous les 
Etats membres des Nations unies doivent respecter l'embargo sur 
les armes, a dit l'émissaire de l'Onu. 
    "Ces armes ne tombent pas du ciel; elles arrivent par la mer 
et par la terre", a déclaré l'émissaire. 
 
 (Stephanie Nebehay et Tom Miles; Danielle Rouquié pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant