L'ONU demande plus de réserves naturelles

le
0
La lutte contre la surpêche et le braconnage par la création d'espaces réservés est capitale pour l'avenir de la biodiversité de la planète.
La lutte contre la surpêche et le braconnage par la création d'espaces réservés est capitale pour l'avenir de la biodiversité de la planète.
Craignant de voir disparaître certaines espèces menacées, les Nations Unies prônent la création de nouvelles aires protégées.



La surpêche et le braconnage menaçant de plus en plus sérieusement la biodiversité mondiale, l'ONU réclame en conséquence une augmentation des zones protégées afin de pérenniser l'avenir de certaines espèces menacées. Selon un rapport publié vendredi par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) et rédigé en partenariat avec plusieurs ONG de défense de la nature, la superficie des terres ayant un statut privilégié est passée de 8,8 à 12,7 %, tandis que les aires maritimes protégées sont passées de 0,9 à 4 % de la surface totale des océans.

Selon les objectifs internationaux fixés en 2010, le pourcentage de zones terrestres et maritimes protégées par rapport aux superficies globales devraient atteindre respectivement 17 % et 10 % d'ici 2020. Deux objectifs qui semblent hors de portée au regard du rythme actuel de la progression. A titre de comparaisons, c'est une zone faisant deux fois la taille de l'Argentine (soit environ 2,76 millions de kilomètres carrés) qui doit être régie par des lois garantissant la protection de la faune et de la flore terrestre et une autre de la taille de l'Australie (7,68 millions de kilomètres carrés) pour les océans.



Des mesures pour la protection de l'environnement difficiles à mettre en place



Selon le rapport précité, la moitié d
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant