L'ONU demande au Vatican de déférer tous les religieux pédophiles

le
0
L'ONU demande au Vatican de déférer tous les religieux pédophiles
L'ONU demande au Vatican de déférer tous les religieux pédophiles

Le Comité des Droits de l'enfant des Nations unies a sévèrement critiqué dans un rapport la politique du Vatican face aux cas d'abus sexuels sur des enfants commis par des membres du clergé, exigeant que désormais tout religieux pédophile soit déféré devant la justice.

C'est la première fois que le Vatican ? Etat représenté à l'ONU ? se retrouve sévèrement mis en cause par un organe des Nations unies qui fait autorité dans son domaine. Ses recommandations n'ont cependant pas un caractère obligatoire. Ce Comité, qui siège à Genève (Suisse), est composé de 18 experts indépendants des Droits de l'Homme, de différentes nationalités, et il veille notamment au respect de la Convention aux Droits de l'enfant mise en ?uvre en 1989.

Dans sa première réaction, le Saint-Siège a «pris acte» de ces vifs reproches. Mais il accuse l'ONU de «déformer» les faits. «On dirait quasiment que le rapport (du Comité du droit de l'enfant à l'ONU) était préparé à l'avance, avant la rencontre avec la délégation du Saint-Siège», s'insurge Mgr Silvano Tomasi, observateur près de l'ONU à Genève, dans une interview à Radio Vatican. «Le document (de l'ONU) ne semble pas à jour», ajoute le prélat, avant de détailler les mesures prises par l'Eglise catholique contre ces abus. «C'est une question de faits, d'évidence, qui ne peuvent pas être déformés!», ajoute-t-il.

«Des pratiques qui ont conduit à l'impunité»

La présidente du Comité, la Norvégienne Kristen Sandberg, évoque «une violation de la Convention» aux Droits de l'enfant par le Vatican dont les dirigeants n'auraient «pas fait tout ce qu'ils auraient dû».

Le Comité a demandé ce mercredi au Vatican de déférer devant la justice tous les pédophiles au sein de l'Église. Le Comité demande au Saint-Siège «de relever immédiatement de ses fonctions toute personne suspectée d'abus sexuel et de déférer son cas aux autorités judiciaires ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant