L'Onu demande à la Grèce de ne plus placer les migrants mineurs en détention

le
0
    ATHENES, 16 mai (Reuters) - Le rapporteur spécial des 
Nations unies sur les droits des migrants a exhorté lundi les 
autorités grecques à cesser de placer dans des centres de 
rétention des enfants migrants ou réfugiés. 
    François Crépeau, qui s'exprimait lors d'une conférence de 
presse à Athènes, a dit avoir vu des enfants non accompagnés 
retenus depuis plus de deux semaines dans des postes de police, 
sans pouvoir sortir, "traumatisés et bouleversés" par cette 
expérience. 
    D'autres, a-t-il poursuivi, sont regroupés avec leurs 
familles dans des centres de rétention surpeuplés où les 
tensions sont fortes et où la circulation d'informations 
contradictoire crée "un niveau inacceptable de confusion, de 
frustration, de violence et de peur". 
    "Les enfants ne devraient pas être détenus. Point", a dit le 
juriste canadien qui a passé quatre jours en Grèce pour 
s'informer de la situation des migrants et réfugiés. 
    "La détention ne devrait être ordonnée que lorsque des 
personnes représentent un risque, un danger, une menace à 
l'ordre public et il doit s'agir d'une menace avérée, pas d'une 
simple intuition", a ajouté François Crépeau. 
    Le rapporteur spécial des Nations unies a estimé que les 
enfants et les familles devaient bénéficier d'un autre type 
d'accueil et a appelé les autorités à mettre en place un système 
efficace de prise en charge des mineurs isolés. 
    Depuis le début de l'année, plus de 150.000 migrants et 
réfugiés sont arrivés en Grèce, dont 38% de mineurs, selon des 
données du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés 
(HCR). 
 
 (Karolina Tagaris; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant