L'ONU craint le retour de la guerre civile en Côte d'Ivoire

le
0
Après des affrontements jeudi entre les forces de l'ordre fidèles à Laurent Gbagbo et les forces pro-Ouattara à Abidjan et dans le centre du pays, une nouvelle journée de violences s'annonce. La communauté internationale appelle au calme.

Après une journée de violences en Côte d'Ivoire, le camp d'Alassane Ouattara entend repartir vendredi à l'assaut de la télévision d'Etat ivoirienne et du siège du gouvernement à Abidjan. Objectif : mettre à bas le régime de Laurent Gbagbo, au risque d'un nouveau bain de sang.

Des affrontements entre partisans du président sortant Laurent Gbagbo et partisans de son rival Alassane Ouattara ont éclaté jeudi à Abidjan, dans la capitale politique Yamoussoukro, et à Tiébissou dans le centre du pays. Selon Amnesty International, neuf manifestants non armés ont été tués. Le camp Gbagbo prétend que les violences ont fait 20 morts, dix manifestants et dix membres des forces de l'ordre. Dans le camp d'Alassane Ouattara, on donne un bilan plus élevé. «Il y a eu une trentaine de morts et 110 blessés à Abidjan», a affirmé son premier ministre Guillaume Soro. Mais ce bilan n'a pu être confirmé de sources indépendantes.

Les violences surviennent alors qu'Alassane Ouatarra

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant