L'Onu confirme vouloir relancer les négociations sur la Syrie

le
0

(Porte-parole de l'Onu, diplomate sur l'Iran, §§ 2, 6, 7) GENEVE, 14 avril (Reuters) - Les Nations unies ont confirmé mardi que leur médiateur sur la Syrie, Staffan de Mistura, allait consulter les différents groupes syriens et tous les pays intéressés en vue d'ouvrir de nouvelles négociations pour tenter de mettre fin à quatre ans de guerre dans ce pays. "A partir de mai (...), (Staffan) de Mistura mènera des consultations approfondies et séparées avec les parties syriennes et les acteurs régionaux et internationaux pour faire le point sur leurs positions", a déclaré le porte-parole de l'Onu, Stéphane Dujarric, confirmant une information donnée lundi par Reuters. Ahmad Fawzi, porte-parole de l'Onu à Genève, a déclaré que Staffan de Mistura voulait mener ces discussions pour relancer le processus de paix sur la base du "communiqué de Genève" publié en juin 2012. ID:nL5N0XA3T8 Ce communiqué de Genève avançait des propositions sur les moyens de faire taire les armes et d'assurer une transition politique en Syrie, mais sans régler la question du rôle futur du président Bachar al Assad. Aucune invitation aux discussions, qui se tiendront à Genève, n'a encore été envoyée, a poursuivi Ahmad Fawzi. Une source à l'Onu avait indiqué que l'Iran, allié au président Assad, figurerait parmi les pays invités mais un diplomate occidental a ensuite déclaré que cette question n'était pas encore réglée. "Il est important que tous ceux qui ont une influence dans le conflit actuel soit impliqués dans les discussions", a cependant déclaré Stéphane Dujarric. En 2012, les Etats-Unis s'étaient opposés à la participation des Iraniens à la conférence ministérielle qui a abouti à la rédaction du communiqué de Genève, que Téhéran n'a jamais signé. En janvier 2014, le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon avait invité l'Iran à participer aux négociations à Montreux (Suisse) puis avait retiré son invitation en invoquant le fait que Téhéran ne soutenait pas les idées avancées dans le communiqué. (Tom Miles, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant