L'OMS appelle à combattre les "maladies tropicales négligées"

le
0

LONDRES, 19 février (Reuters) - L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé jeudi aux pays en développement d'investir un dollar par habitant et par an jusqu'en 2030 pour s'attaquer à 17 maladies tropicales négligées (MTN) et améliorer ainsi la santé et le bien-être de plus de 1,5 milliard de personnes. Prévoyant qu'il faudra dans les 34 milliards de dollars (29,8 milliards d'euros) pour lutter contre ces maladies durant les 16 années à venir, l'OMS a estimé que les gouvernements des pays concernés devaient reconnaître tout le bénéfice humain et économique qu'il y a à les combattre. L'investissement réclamé par l'OMS ne représente que 0,1% des dépenses de santé totales actuelles des pays à faibles et moyens revenus touchés par les maladies tropicales négligées, indique l'OMS, pour laquelle il serait de nature à encourager les donateurs internationaux à accroître leur aide. Les MTN comme la rage, la dracunculose (maladie du ver de Guinée) ou l'éléphantiasis entraînent défigurent les malades, provoquent des handicaps voire la mort. Parmi les 17 maladies ciblées par l'OMS figurent aussi la trypanosomiase humaine africaine, ou maladie du sommeil, transmise par la mouche tsé-tsé, qui est mortelle si le diagnostic et le traitement n'interviennent pas rapidement, ou la dengue, maladie transmise par les moustiques qui, dans sa forme sévère, peut entraîner des complications mortelles. Dirk Engels, directeur chargé du contrôle des MTN à l'OMS, a déclaré à Reuters que si ces maladies touchent souvent les catégories d'habitants les plus pauvres, nombre des pays où elles sont endémiques sont des pays à revenus moyens où la croissance s'accélère. "Les pays endémiques peuvent jouer leur rôle", dit-il dans une interview accordée à Londres. "Certains pays endémiques connaissent un développement rapide(...)", note-t-il. L'OMS note dans un rapport certains progrès dans la lutte contre les MTN, comme par exemple contre la dracunculose, dont seulement 126 cas ont été signalés en 2014, contre près de 1.800 en 2010 et 3,5 millions au milieu des années 1980. "L'éradication de cette maladie est possible si l'on poursuit les efforts et les investissements", lit-on dans le rapport de l'OMS. (Kate Kelland; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant