L'OMC oblige la Russie à réduire certains droits de douane

le
0
    ZURICH, 12 août (Reuters) - La Russie a enfreint ses 
engagements en matière de commerce international en relevant les 
droits de douane sur certains produits agricoles et industriels 
en provenance de l'Union européenne, a jugé vendredi un comité 
d'experts de l'Organisation mondiale du commerce, la première 
décision de ce type prise par l'OMC depuis l'adhésion de Moscou 
en 2012. 
    La décision intervient après une plainte de l'UE, qui 
accusait la Russie d'avoir imposé en 2014 des droits de douane 
supérieurs à ceux autorisés sur certains produits, comme l'huile 
de palme, le papier et les réfrigérateurs.  
    Les deux parties n'étaient pas parvenues à régler ce 
différend par des négociations bilatérales. 
    La Russie a déclaré vendredi qu'elle avait déjà réduit la 
majeure partie des droits mis en cause et qu'elle abaisserait 
prochainement les autres - sur le papier et les réfrigérateurs. 
    "La Russie n'a jamais nié que pour des raisons techniques, 
les droits à l'importation sur certains produits étaient 
différents de ceux fixés par ses engagements", a ajouté le 
ministère russe de l'Economie dans un communiqué publié sur son 
site internet. 
    L'UE affirme que le relèvement des droits de douane russe a 
eu un impact sensible sur des exportations représentant quelque 
600 millions d'euros annuels. 
    Pour la Commission européenne, la décision de l'OMC montre 
clairement que la Russie n'a pas respecté ses engagements 
commerciaux. 
    "Bien qu'elle soit membre de l'OMC depuis août 2012, la 
Russie n'a pas encore tenu tous les engagements pris avant son 
adhésion", a dit l'exécutif communautaire dans un communiqué. 
"Cela inclut l'une des règles les plus fondamentales de l'OMC, 
selon laquelle les membres ne doivent pas appliquer des droits 
de douane" supérieurs aux niveaux sur lesquels ils se sont 
engagés. 
    Bruxelles précise que ce dossier n'a aucun lien aux tensions 
entre la Russie et l'Occident liées au rôle de Moscou dans la 
crise en Ukraine. 
     
 
 (John Miller à Zurich et Foo Yun Chee à Bruxelles, avec Polina 
Devitt à Moscou; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant