L'OMC donne raison à l'UE sur l'embargo russe sur le porc

le
0
    GENEVE/MOSCOU, 19 août (Reuters) - Un panel de 
l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a estimé vendredi que 
l'embargo russe sur les produits de la filière porcine de 
l'Union européenne n'était pas conforme aux règles du commerce 
international.     
    La Russie a décrété en janvier 2014 cet embargo qui concerne 
les porcs vivants, la viande et les produits du porc en 
provenance de l'Union européenne, à la suite de cas de fièvre 
porcine africaine en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en 
Pologne.   
    Le panel de l'OMC a estimé que les conditions requises 
n'étaient pas réunies pour justifier ces interdictions 
d'importation, qui établissent selon lui "une discrimination 
arbitraire et injustifiable", en infraction avec les règles du 
commerce international.  
    Chacune des deux parties peut faire appel de ces conclusions 
dans un délai de 60 jours. Si aucun recours n'est déposé dans ce 
laps de temps, le rapport sera adopté et la Russie sera tenue de 
se conformer à la recommandation.  
    Sergueï Dankvert, patron de l'autorité russe de la sécurité 
alimentaire Rosselkhoznadzor - qui a imposé l'embargo sur le 
porc en 2014 - a déclaré à Reuters s'attendre à ce que Moscou 
fasse appel de cette décision.  
    Le ministère de l'Economie russe, dont dépendent les 
relations avec l'OMC, n'était pas joignable dans l'immédiat pour 
un commentaire.      
    Indépendamment de l'issue de ce litige, les exportations 
européennes de produits de la filière porcine vers la Russie 
restent sous le coup de l'embargo, plus large, sur les produits 
agroalimentaires décrété par Moscou en août 2014 en riposte aux 
sanctions occidentales contre la Russie en raison de son 
implication dans le conflit ukrainien. 
    Le président russe, Vladimir Poutine, a prolongé cet embargo 
fin juillet et il court désormais jusqu'à la fin 2017. 
     
    "Néanmoins, les conclusions du groupe spécial revêtent une 
importance systémique car elles rappellent à la Russie ses 
obligations internationales et le fait que celles-ci ne 
sauraient être arbitrairement ignorées", souligne la Commission 
européenne dans un communiqué.     
    Le ministre français de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a 
quant à lui espéré dans un communiqué que cet arbitrage pourrait 
"se traduire rapidement par le rétablissement de nos relations 
commerciales avec la Russie dans un secteur qui représente un 
débouché économique important pour la France". 
    L'embargo russe contribue à la faiblesse des cours du porc 
en France. Un fonds de solidarité temporaire de 100 millions 
d'euros alimenté par les enseignes de la grande distribution a 
été créé en février pour la filière porcine après plusieurs 
semaines de manifestation des producteurs porcins.    
 
 (Stephanie Nebehay et Polina Devitt, avec  Elena Fabrichnaya; 
Myriam Rivet pour le service français, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant