L'ombre du soldat Benitez sur Perpignan

le
0
Soupçonné d'avoir fait disparaître sa femme, sa fille et une maîtresse nîmoise Francisco Benitez était un homme apprécié, père protecteur et mari attentif.

Dans le quartier du Moyen-Vernet, à Perpignan, les conversations vont bon train. On commente le cambriolage de l'appartement des Benitez, on se désole de la dégradation de ce quartier populaire peuplé de retraités et de familles modestes. Mais surtout, on parle de Francisco «Paco» Benitez, ce voisin qui a attiré dans la ville et au pied de ces petits immeubles sans charme toute la presse du pays. On décrit un homme «qui disait bonjour, mais plutôt froid». Sid-Ahmed, un voisin, parle d'une famille généralement «pas très ouverte», qui a emménagé au premier étage il y a environ un an: le père, Francisco, qui rentre chez lui pour n'en sortir qu'au matin. Une mère, Marie-Josée, qui ne sort qu'avec sa fille ou son mari, et Allison, la fille de 19 ans, coquette coiffeuse d'un salon modeste au coin de la rue, qui r...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant