L'OM vole dans les plumes canaries

le
0
L'OM vole dans les plumes canaries
L'OM vole dans les plumes canaries

Peu de jeu, peu d'ambitions, mais un but de Nkoudou pour enlever l'affaire : oui, l'OM a gagné ce soir et enchaine enfin en Ligue 1. Et se satsfait d'un mini hold-up organisé dans un désert de football.

Nantes 0-1 Marseille

But : Nkoudou (53e)

Plongé dans la Beaujoire, Georges-Kevin Nkoudou lance son sprint. Frappant le cœur, défilant devant les tribunes médusées jusqu'à celle réservée aux supporters de l'OM. Pourtant, il est de coutume de conserver sa joie intérieure lorsque l'on affronte son ancien club, qui plus est, quelques mois seulement après un départ. Mais le milieu marseillais n'a que peu d'égard pour le peuple jaune et jubile, tout heureux d'avoir débloqué la partie au retour des vestiaires. Car de respect, il n'y en a pas plus eu pour les spectateurs assidus du dimanche soir. Sans idées, sans brio, les deux équipes ont en effet livré une prestation bien morose pour conclure la 12e journée de Ligue 1, abandonnant les badauds à un ennui somme toute profond. Reste que l'OM enchaine une deuxième victoire consécutive et s'évite des nouvelles interrogations. Bien pour les comptes, moins emballant sur le fond.

Michel a compris


A l'entame de la rencontre, il semble que Michel a enfin ouvert les yeux : sur la feuille de match, pas de Rolando (enfin !), mais un Karim Rekik, qui a défaut d'être un roc, sait au moins courir. Le remuant Nkoudou installé sur le côté gauche, l'OM semble enfin paré à faire de son match un élément de renouveau. Pourtant, le néant est toujours là. Positionnés très bas, les Olympiens laissent le contrôle du ballon aux locaux, qui n'en demandaient pas tant pour s'installer dans la partie. Après un premier quart d'heure joué sur la ligne des 40 mètres de l'OM, Nantes accélère, et tente de faire fructifier. Problème : Nicolas Nkoulou semble enfin retrouver les qualités qui sont siennes quand Emiliano Sala traine sa lourdeur en pointe. Mais puisque le corps ne bouge pas, autant l'effacer. En deux feintes pour laisser passer le ballon, l'attaquant nantais provoque les meilleures occasions de la première période. Mais Mandanda veille face à Deaux, Thomasson ou encore Audel, les joueurs les plus actifs de ces 45 minutes quelque peu déprimantes. Reste que l'OM a marqué, hors-jeu, que ses latéraux n'ont pas décoché le moindre centre et qu'Alessandrini se blesse avant la rentrée au vestiaire. Pour le fun, revenez plus tard.

Nkoudou aussi


Ou plutôt moins de 10 minutes après le…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant