L'OM tourne la page de 30 ans de business en virages

le
0
L'OM tourne la page de 30 ans de business en virages
L'OM tourne la page de 30 ans de business en virages

L'OM s'apprête à vivre une petite révolution en tribunes avec la fin de la gestion commerciale des abonnements en virages par les groupes de supporters. L'occasion de revenir sur ces trente ans d'histoire, entre petites concessions et grosses luttes de pouvoir.

À l'Olympique de Marseille, l'histoire retiendra que c'est un petit bonhomme d'1,67 mètre nommé Mathieu Valbuena qui, par sa seule présence lors du dernier choc entre l'OM et Lyon, un an après avoir quitté le navire olympien, aura été à l'origine d'une révolution dans les gradins du Vélodrome. À la suite des nombreux incidents qui ont émaillé la rencontre entre les deux Olympiques le 20 septembre dernier (la poupée de Valbuena pendue à une potence, jet de projectiles divers et variés sur les joueurs lyonnais, interruption de la rencontre), les pouvoirs publics, les instances du foot et l'OM ont dit stop. Stop au contrôle des virages par les associations de supporters, stop à la commercialisation des abonnements par ces mêmes assos. En bref, reprise en main du club sur les deux virages du Vélodrome. L'accord entre l'OM et ses groupes de supporters, qui devrait officiellement être conclu ce mercredi 28 octobre, mettra fin à un système unique en Europe et vieux de près de 30 ans. Pendant que l'OM prépare sa mue en coulisses, profitons-en pour revenir sur l'histoire peu banale de ces trois décennies de gestion des virages Sud et Nord par les associations de supporters de l'OM.

Nous partîmes cinquante...


À l'OM, la légende raconte que le système de commercialisation des abonnements par les groupes de supporters tel qu'on le connaissait jusqu'à aujourd'hui n'a été l'œuvre que d'un seul homme. Et que s'apelerio Tapie. La réalité est un peu différente. La date de lancement, déjà, n'est pas 1987 comme on l'a souvent entendu. " Je ne sais pas d'où sort cette date-là, s'interroge Ludovic Lestrelin, maître de conférence à l'université de Caen et spécialiste de la question du supportérisme en France. C'est du pur fantasme. C'est en 1990, lors d'un match OM-Nice, il me semble que les cartes d'abonnements ont commencé à être gérées par les supporters. Ça a débuté dans le Virage Sud qui était à l'époque le foyer le plus ardent et le plus organisé du supportérisme en France. " À l'époque, le mouvement est balbutiant et il serait exagéré de parler de système pour évoquer cette affaire. À la tête de l'OM depuis 1986, Bernard Tapie accepte de répondre favorablement à la demande des groupes de supporters de l'époque (les Ultras Marseille, les Winners et les Fanatics) qui réclamaient la mise en place d'un système d'abonnement sur les places non numérotées du virage Sud. Une manière pour eux de mieux…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant