L'OM tient son gros, Blanc et Jardim entraîneurs au bord la crise de nerfs…

le
0
L'OM tient son gros, Blanc et Jardim entraîneurs au bord la crise de nerfs…
L'OM tient son gros, Blanc et Jardim entraîneurs au bord la crise de nerfs…

Alors que Marseille fait tomber son premier « européen » et confirme sa place de leader, le PSG ne sait toujours pas gagner à l'extérieur et peu importe le système tactique proposé par Laurent Blanc. Sinon, Leonardo Jardim a découvert l'arbitrage à la française.

  • Marseille passe aux Verts C'est le paradoxe d'une équipe en tête du championnat et qui venait d'enchaîner cinq victoires avec des scores dignes d'un Bayern en Bundesliga. L'OM cherchait son match référence face à un gros, la faute à un calendrier trop clément selon certains esprits chagrins jusqu'à présent à en croire l'identité de ses victimes (Guingamp, Nice, Évian, Rennes, Reims). Avec Saint-Étienne, Marseille se présentait enfin aux « Européennes » et les hommes de Marcelo Bielsa sont passés au premier tour. Sans parler de raz-de-marée, les Olympiens ont prouvé qu'ils n'étaient pas seulement impitoyables avec les petits, ils savent aussi être disciplinés et toujours inspirés face à un rival supposé. Cet OM-là montre aussi qu'il ne fait pas de la possession du ballon un dogme, il sait aussi aller vite vers l'avant (confer le but d'Imbula) et gérer ses temps faibles comme en début de seconde période. Bielsa a alors sacrifié Imbula et Thauvin, un choix qu'il a ensuite décrypté en détails (comme toujours) en conférence de presse. « Durant les quinze premières minutes de la 2e période, on a eu un déséquilibre au niveau de la condition physique, qu'on a corrigé avec l'entrée de Lemina et d'Alessandrini : ils ont oxygéné le jeu de l'équipe. Imbula avait fait une très bonne première période et Thauvin avait été déséquilibrant dans le un-contre-un. J'ai préféré sacrifier ces joueurs pour donner plus de présence physique dans le match. » Pour un entraîneur supposé ne pas bien connaître la Ligue 1 (ce « championnat dur » cher à Francis Gillot), l'Argentin en tire plutôt bien les ficelles et en est un déjà leader incontesté.

    À lire : le résumé du match Marseille-Saint-Étienne

  • L'analyse définitive du week-end : Laurent Blanc ne tient plus son vestiaire Depuis le premier jour, Laurent Blanc est un entraîneur en sursis au PSG. La saison dernière, les victoires avaient fait penser à une adhésion des joueurs au projet de leur coach. Il n'en était rien. Depuis le départ du casque bleu Claude Makelele, Blanc se retrouve en première ligne pour régler les conflits dans un vestiaire où les intérêts des uns ne sont pas forcément ceux des autres. Les stars ne lui reconnaissent......

    Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

  • Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant