L'OM termine l'ère Dreyfus par une petite victoire

le
0
L'OM termine l'ère Dreyfus par une petite victoire
L'OM termine l'ère Dreyfus par une petite victoire

En clôture de la neuvième journée de Ligue 1, l'Olympique de Marseille s'impose grâce à une courte victoire 1-0 sur Metz. Après le but rapide de Gomis, l'OM a peiné à imposer son jeu. Les Messins peuvent s'en vouloir, il y avait au moins un point à prendre.

Olympique de Marseille 1-0 FC Metz

Buts : Gomis (13e) pour Marseille

L'OM a-t-il appris à gérer un match et profiter des points offerts ? En ouvrant le score très rapidement, grâce à une défense messine pas franchement dans son match au coup d'envoi, les Marseillais ont eu tout ce qu'il faut pour obtenir une nouvelle victoire à domicile. Mais au fur et à mesure de l'avancée du match, la question vient de plus en plus régulièrement : vont-ils tenir ? Est-ce vraiment possible, même sans réussir à mettre le deuxième but ? Même avec Vainqueur blessé après l'heure de jeu ? Même avec des changements tardifs ? Au final, la réponse tombe : oui.

Individualités cumulées


Dès l'entame du match, les deux blocs surprennent par leur manque de verrouillage défensif. Avec des espaces dans tous les sens, des deux côtés, ce Marseille-Metz ressemble à une fin de match à 2-2, alors que les deux équipes cherchent la victoire. Même sur coup de pied arrêté, la défense messine laisse une largesse au marquage étonnante pour un début de rencontre. Gomis n'a aucun mal à se défaire de Bisevac et peut s'essayer à deux fois pour ouvrir le score. Didillon fait ce qu'il peut, sur sa ligne, pour repousser la première tentative. Sur la seconde, il ne peut qu'observer le ballon.

À 1-0, Metz laisse craindre un bis repetita du naufrage d'avant-trêve tant l'agressivité n'y est pas. Seulement, N'Jie côté gauche ou Thauvin côté droit pêchent d'un trop d'invidualisme. Comme Erding, qui ne fait jamais le bon choix de l'autre côté. Pour les deux équipes, les maux sont similaires. Le jeu collectif est proche du néant et les choix étonnants. Résultat, Marseille, sans briller, s'en tire avec une cage inviolée en première période à la surprise générale.

Clean-sheet du miracle


La surprise est d'autant plus grande quand Gomis revient défendre au niveau de la surface marseillaise. Le buteur fauche Nguette très clairement, sans que cela n'incite M. Miguelgorry à siffler une faute, que ça soit un penalty ou un coup-franc. Dans la foulée, Assou-Ekotto trouve deux fois la tête d'Erding, pour deux tentatives sans succès. L'OM ne semble pas savoir comment…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant