L'OM suit le mouvement et rappelle à l'ordre ses supporters

le
0

34 000 ? d'amende depuis le début de saison. C'est la somme que l'OM a déjà déboursée en raison du comportement de ses supporters en Ligue 1. Pour la direction du club olympien, c'est déjà beaucoup trop. Et elle a tenu à le rappeler brièvement mais formellement ce mercredi par le biais d'un communiqué. « L'OM consent tous les efforts nécessaires pour la sécurité de ses fidèles supporters mais demande à ceux-ci de respecter la législation en vigueur dans le seul souci de leur éviter des poursuites judiciaires et de ne pas pénaliser l'équipe. » Des mots forts pour une cause combattue depuis des lustres par les services de sécurité de tous les clubs engagés dans le championnat de France. Dans la plupart des cas, les amendes « concernent l'utilisation de pyrotechnie et de pétards dans l'enceinte des stades français ». Et l'OM pourrait payer le prix fort en cas d'accumulation des infractions. « Une nouvelle fois, le club appelle ses fervents supporters à la plus grande vigilance : le stade Vélodrome est toujours placé sous le coup d'un huis clos », précise le club olympien dans un communiqué.

« Nous en appelons au sens des responsabilités de chacun »

Ce mercredi soir, l'OM est de retour à Lyon où le dernier match de championnat avait été le théâtre d'interpellations de supporters. « Lors du match au stade de Gerland, le dimanche 15 décembre, pour la 18eme journée de championnat, deux supporters ont été interpellés : le premier était en possession de pétards au moment de la fouille, le deuxième l'a été à l'intérieur du stade dans la zone réservée aux supporters adverses. Ils comparaîtront prochainement devant un tribunal », ajoute le club marseillais. Des mises en garde qui se répètent au sein des clubs professionnels. En octobre 2013, le FC Nantes avait tiré la sonnette d'alarme de manière préventive. Mais cette fois-ci, il ne s'agissait pas d'utilisation de fumigènes ou de pétards. « La tribune Loire participe de manière active à l'ambiance dans le stade et les soutiens sont appréciés de tous, avait expliqué le club dans un communiqué officiel. Néanmoins le mouvement de foule spontané sur chaque but marqué par notre équipe inquiète les responsables publics de la Sécurité et des Secours lesquels ont demandé au club d'y mettre fin. En effet, cette pratique s'avère dangereuse et a occasionné des blessés lors de chaque match depuis le début de saison dont un transfert au CHU. Nous ne pouvons accepter qu'il y ait des blessés parmi les supporters. Ce message est préventif. Nous en appelons au sens des responsabilités de chacun. »

Bastia porte plainte contre neuf de ses supporters

Cette saison, plusieurs matchs ont été marqués par des heurts et des affrontements dans les stades. On évoquera notamment le Nice-Saint-Etienne de triste mémoire mais également le derby entre les Verts et l'OL à Geoffroy-Guichard. Une recrudescence d'incidents qui inquiète en haut lieu. Il y a quelques jours encore, un supporter de Montpellier avait écopé de huit mois de prison ferme et cinq ans d'interdiction de stade pour avoir blessé un policier lors d'un match de Coupe de France à Rodez. En mars 2013, le SC Bastia avait décidé de porter plainte nominativement contre neuf de ses supporters après des incidents lors du derby face à l'AC Ajaccio. Une première pour le club corse qui espérait que cette action serait appréciée par la Commission de discipline de la LFP au moment de statuer sur les incidents. Bref, aujourd'hui, les clubs ont pris conscience des enjeux. Et c'est tant mieux !

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant