L'OM ferme le Parc

le
0

Frank McCourt avait fait de ce déplacement à Paris la première pierre de l'ère OM Champion. Tout devait être beau, agréable et presque doux pour accompagner les débuts de Rudi Garcia sur le banc marseillais. Au final, personne n'a vraiment eu envie de jouer et ce Classique s'est terminé sur un nul sans saveur (0-0).

Paris Saint-Germain 0-0 Olympique de Marseille



Tout était pourtant parfait. Des effectifs presque complets, un Parc en partie réveillé, l'arrivée de Garcia, Frank et Nasser qui se font des câlins en tribune et même un Sylvain Witlord posé avec son match Tinder. Ce PSG-OM devait avoir un goût différent, un esprit nouveau et devait même lancer pleinement l'ère McCourt. Puis, Paris a fait du Paris, Marseille a bétonné et on a perdu notre dimanche soir. C'est dur pour la vitrine de la Ligue 1, plus dur encore pour Unai Emery qui comptait sur ce match pour injecter de l'élan à son groupe mais plutôt positif pour un Garcia qui débutera donc son mandat par un nul sans saveur (0-0) pour conclure la dixième journée. Un dimanche soir classique.

Edinseul Cavani


Un changement d'entraîneur a cette vocation d'ouvrir ce que le foot aime appeler une révolution. Le débarquement de Garcia comme première pierre du projet OM Champion allait dans cette idée et il fallait déjà agir et vite. Rudi Garcia a sa réputation, sa philosophie et ses préceptes. Alors PSG ou pas, le Patrick Swayze de Nemours revient se poser à la table de la Ligue 1 avec ses gros doigts : Gomis nommé capitaine, l'installation d'un 5-3-2 pour sécuriser et utiliser la puissance des latéraux (Sakai et Bedimo), Rolando posé titulaire pour la première fois depuis cinq mois et l'envie de jouer. Quitte à tomber KO, Garcia voulait le faire avec ses idées. Une chose d'autant plus facile quand on n'a finalement pas grande chose à perdre : si Garcia perdait au Parc, cela aurait été normal, si il s'imposait, il enfilerait directement le costume d'un héros. Côté PSG, Unai Emery avait aussi envie de frapper fort avec ce qui se rapproche au maximum de son équipe type. Celle des étoiles, des puissants et des gloutons, avec le retour des Ultras dans un Parc des Princes de nouveau entraînant. Des choix ont été faits : Motta titulaire, Rabiot à la place de Matuidi, Maxwell plutôt que Kurzawa et le trio Di Maria-Cavani-Lucas devant alors que l'ensemble des recrues du club pose sur le banc.

Reste que d'entrée, le PSG s'amuse, distribue et tripote le ballon. C'est simple : après un quart de jeu dimanche soir, le onze aligné…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant