L'OL, leader facile.

le
0
L'OL, leader facile.
L'OL, leader facile.

Un penalty suivi d'une expulsion messine : l'OL n'a eu trop à trembler pour conforter sa première place au classement. Une victoire tranquille 2-0, uniquement ternie par la sortie de Lacazette sur blessure.


Lyon - Metz
(2-0)

A. Lacazette (31'), C. Tolisso (80') pour Lyon


Emballé, c'est pesé. A la 30e minute, le Stade Gerland ne peut qu'avoir l'expression à la bouche. Quelques secondes plus tôt, il a assisté à une chute, celle de Rachid Ghezzal, au milieu de la surface messine. Le sifflet a retentit, le rouge a été dégainé pour Milan (Guido, pas Bisevac). Une double sanction un peu lourde pour le FC Metz, jusqu'alors dominé, mais qui ne méritait pas sans doute pas de voir ses chances annihiler sans avoir pu livrer un combat de 90 minutes. La sentence exécutée par Alexandre Lacazette et l'OL file vers une victoire sans accroc et un trône, sur lequel ses deux fesses sont désormais confortablement assises (quatre points d'avance sur l'OM, ndlr). Une promenade, à laquelle ne manquait qu'un joli but en guise de pique-nique. Il suffisait de demander à Tolisso.
Balade dominicale
Fékir n'est pas encore Messi, l'OL n'est pas encore le Barça, mais tout cela y ressemble. Car depuis quelques semaines à Lyon, on se plait à observer cette jeunesse, flamboyante, talentueuse et diablement efficace. Dès les premiers instants, la même fougue transparait. Les transmissions sont classieuses, les transversales éclaires, et le jeu en une touche un leitmotiv dont ne se départissent que rarement Ferri, Lacazette, Ghezzal, Fékir et consorts. Même Chirstophe Jallet, crâne posté au delà de la ligne médiane, s'essaie à quelques centres de volée, ou à de reprises spectaculaires. Comme si à Lyon, chaque joueur se devait désormais de faire preuve d'audace et de spontanéité. A la limite de l'implosion face à cette débauche, les Messins s'appuient sur la solidité de leur charnière, avant que Milan ne faillisse et autorise les leaders du championnat à prendre les devants. Une fatalité que N'Sor avait tenté de mettre à mal quelques minutes plus tôt sur une passe de Malouda, avant que Dabo n'étende ses grands compas. Comme un mini coup de canif porté à cette partition lyonnaise d'une limpidité absolue.
Lacazette dehors,...









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant