L'OIM redoute que l'EI utilise des boucliers humains à Mossoul

le
1
 (Ajoute déclarations du CICR) 
    par Stephanie Nebehay 
    GENEVE, 18 octobre (Reuters) - Des dizaines de milliers de 
civils pourraient être utilisés comme boucliers humains à 
Mossoul, a dit mardi l'Organisation internationale pour les 
migrations (OIM). 
    Thomas Weiss, qui dirige la mission de l'OIM en Irak, a 
également déclaré redouter une envolée du nombre d'habitants 
forcés de fuir les zones de combats à mesure que progresseront 
les opérations militaires. 
    L'OIM a commencé à se procurer des masques à gaz de peur que 
les djihadistes recourent à des armes chimiques mais elle n'en a 
pas obtenu beaucoup, a-t-il ajouté. 
    Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a de son 
côté renforcé 13 centres médicaux autour de Mossoul, afin 
notamment d'être en mesure de soigner des patients qui auraient 
été victimes d'armes chimiques, a dit Robert Mardini qui dirige 
les opérations du CICR au Proche et Moyen-Orient. 
    Neuf cents employés du CICR sont mobilisés dans tout l'Irak 
depuis des mois pour se préparer à cette crise, a-t-il ajouté. 
Lors de la première phase d'affrontements, le Comité est prêt à 
fournir des vivres, de l'eau et un abri à près de 270.000 
personnes fuyant Mossoul.  
    Le CICR a parallèlement demandé à tous les belligérants 
d'épargner les civils et de permettre l'évacuation des blessés. 
    Robert Mardini a dit avoir déjà rappelé à l'armée irakienne, 
aux autorités kurdes et à la coalition sous commandement 
américain leurs obligations au regard du droit international. Il 
espère faire de même avec les djihadistes de l'EI. 
     
    ÉTABLIR UN CONTACT AVEC L'EI 
    "Notre ambition (...) est d'établir le dialogue avec ce 
groupe parce qu'il tient la ville de Mossoul et nous avons 
absolument besoin de lancer ce dialogue. Ce que je peux dire, 
c'est que nous allons essayer sans relâche." 
    Le responsable du CICR n'a pas dit quels canaux pourrait 
utiliser son organisation pour contacter le mouvement 
djihadiste. 
    "Il nous faut garder espoir. Peut-être que Mossoul sera 
l'occasion pour toutes les parties prenantes au conflit, y 
compris le groupe Etat islamique, de voir l'avantage de faire 
prévaloir des règles de la guerre et des règles fondamentales de 
dignité sur le champ de bataille, parce que cela donne à tout le 
monde la garantie d'un traitement humain", a déclaré Mardini. 
    Interrogé sur le contenu de ces règles de base, le 
responsable du CICR a précisé: "Cela veut dire ne pas viser les 
civils, ne pas viser les infrastructures civiles, ne pas 
attaquer les installations médicales et le personnel médical, 
cela signifie éviter l'usage d'armes explosives lourdes dans des 
zones densément peuplées." 
    "Notre message à ceux qui combattent est très simple: donnez 
la priorité aux civils", a-t-il ajouté. "Cela peut paraître naïf 
après ce que nous avons vu jusqu'à présent, mais notre position 
est de poursuivre fermement sur la même ligne et de parier sur 
l'humanité de chacun des groupes impliqués dans les combats." 
    Les forces gouvernementales irakiennes, soutenues par la 
coalition sous commandement américain, ont lancé lundi une 
offensive attendue de longue date pour reprendre Mossoul, 
dernier grand fief de l'Etat islamique en Irak. 
     
    * Voir aussi 
    LE POINT sur la bataille de Mossoul   
 
    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ 
LE POINT sur la bataille de Mossoul      
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^> 
 (Nicolas Delame et Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 7 mois

    Quoi qu'il arrive, il y aura des pertes civiles. Vous préférez les laisser sous le joug de Daesh sans rien faire?