L'OICV souligne l'importance des marchés des obligations corporate

le
0

(NEWSManagers.com) - Le département de recherche de l'Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV/Iosco) a publié le 15 avril une étude sur les marchés des obligations d'entreprise (" Corporate Bond Markets: A Global Perspective" ).

L'étude présente ses conclusions sur le développement et le fonctionnement de ces marchés dans le monde, à la fois sur les marchés développés et les marchés émergents. Elle souligne que ces marchés prennent de plus en plus d'importance dans l'économie réelle. Depuis l'éclatement de la crise financière, ces marchés commencent à combler le vide laissé par les banques et montrent leur potentiel pour accompagner les PME.

Les marchés des obligations corporate ont presque triplé de taille depuis les années 2000. Alors que établissements financiers continuent de réduire leurs bilans, les firmes non financières sont de plus en plus nombreuses à se présenter sur les marchés des obligations corporate. Les prêts bancaires au secteur non financier sont modestes aux Etats-Unis et désormais en Europe, suggérant une transition progressive vers un financement par les émissions obligataires corporate sur certains marchés développés.

Le volume des émissions d'obligations corporate s'est élevé à près de 3.200 milliards de dollars en 2013, contre 900 milliards de dollars en 2000. Au cours des 13 dernières années, 27 nouvelles économies, pour la plupart émergentes, ont enregistré des émissions d'obligations corporate. En fait, les marchés émergents ont représenté 30% du volume d'émission enregistré en 2013 contre seulement 5% en 2000.

Elément intéressant, relève l'étude, un nombre croissant d'émissions sur les marchés émergents sont remboursables au gré du porteur. En 2013, les émissions sur les marchés émergents assorties d'une telle option ont atteint 47 milliards de dollars, contre seulement 1 milliard de dollars sur les marchés développés. Si cette tendance se poursuivait, elle pourrait signaler une volatilité croissante dans le financement des sociétés de l'univers émergent.

Les projets d'infrastructures et la promotion immobilière sont également de plus en plus dépendants des marchés d'obligations corporate. Par exemple, entre 2000 et 2013, les émissions d'obligations dédiées à des projets d'infrastructures ont totalisé 171 milliards de dollars, la majorité d'entre elles après 2007.

L'étude souligne également le développement du segment des obligations corporate à haut rendement lié à la recherche de rendement. Les émissions high yield se sont ainsi accrues de 72 milliards de dollars en 2000 à 550 milliards de dollars en 2013.

A noter enfin que l'étude se penche sur le problème de la liquidité sur les marchés secondaires dans un contexte réglementaire en pleine évolution. Avant la crise, relèvent les auteurs de l'étude, les marchés des obligations corporate disposaient d'un très important matelas de " liquidités fantômes" qui ont depuis diminué, générant ainsi un risque de liquidité beaucoup plus important pour les investisseurs.

Pour mémoire, ces liquidités fantômes étaient le fruit de pratiques potentiellement risquées sur le plan systémique, entre autres le regroupement d'obligations illiquides dans des produits structurés tels que les CLO qui n'ont pas peu contribué à accentuer la crise financière...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant