L'OIAC va enquêter sur les accusations d'attaque chimique en Syrie

le
0

LA HAYE, 26 mars (Reuters) - L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) va enquêter sur les allégations d'attaque à l'arme chimique contre un village syrien de la province d'Idlib, où six personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées, a-t-on appris auprès de l'OIAC. Selon une source de l'OIAC s'exprimant sous couvert d'anonymat, l'organisation va examiner les différentes informations relatives à l'attaque du 16 mars contre le village de Sarmin, dans le nord-ouest de la Syrie, près de la frontière turque. D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), proche de l'opposition, l'attaque a été commise par les forces gouvernementales syriennes. Du gaz, probablement du chlore, a été libéré lors du largage de barils d'explosifs depuis des hélicoptères. (voir ID:nL6N0WJ1RY ) L'armée syrienne a démenti toute responsabilité et qualifié de propagande les affirmations de l'OSDH. Conformément à un accord négocié par les Etats-Unis et la Russie en septembre 2013, le gouvernement syrien a accepté le démantèlement et la destruction de son arsenal militaire chimique. Plus de 1.300 tonnes de composants chimiques toxiques ont été depuis livrés par la Syrie. (Anthony Deutsch; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant