L'OIAC pointe le risque d'attaque au gaz moutarde hors de Syrie

le
1
    PARIS, 23 novembre (Reuters) - Un responsable de 
l'Organisation pour l'interdiction des armes  chimiques (OIAC) a 
évoqué mercredi le risque d'un attentat à l'ypérite - ou gaz 
moutarde - hors des zones contrôlées par l'Etat islamique (EI) 
en Irak et en Syrie, par des militants de l'organisation 
djihadiste à leur retour de la région. 
    "Il semble que l'un des dangers auquel on doit faire face et 
sur lequel il faut avoir une réponse, ce serait évidemment - 
puisque l'EI a réussi à faire de l'ypérite rustique - que 
malheureusement l'une des personnes qui a appris à faire ça, 
revienne dans l'un de nos pays et aide à un attentat de ce 
type", a dit Philippe Denier, directeur de la vérification à 
l'OIAC, lors d'un colloque à Paris.  
    Une enquête de l'OIAC a conclu l'an dernier à l'usage du gaz 
moutarde, une arme chimique utilisée pour la première fois lors 
de la Première Guerre mondiale, lors d'une attaque menée par 
l'EI contre la ville de Marea, au nord d'Alep, en août 2015.  
    Au-delà de l'Etat islamique, les forces syriennes sont 
également dans le collimateur des enquêteurs de l'Onu et de 
l'OIAC qui ont mis en place l'an dernier un mécanisme d'enquête 
conjoint (JIM) dont le mandat a été prolongé d'un an la semaine 
dernière. 
    Leur enquête a conclu à l'emploi de bombes à gaz chloré 
contre des civils par les forces du régime du président syrien 
Bachar al Assad, des accusations rejetées par Damas. 
    En France, le risque d'attaques chimiques sur le territoire 
national avait été évoqué pour la première fois par le Premier 
ministre Manuel Valls quelques jours après les attentats du 13 
novembre à Paris et à Saint-Denis, revendiqués par l'EI.  
    "Je le dis bien sûr avec toutes les précautions qui 
s'imposent mais nous savons et nous l'avons à l'esprit, il peut 
y avoir aussi le risque d'armes chimiques ou bactériologiques", 
avait dit le chef du gouvernement à l'Assemblée nationale sans 
plus de précisions.  
 
 (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 il y a 2 semaines

    Ah bon! ce ne serait pas Assad le coupable?