L'OIAC a trouvé des traces de gaz sarin et VX en Syrie

le
0
L'OIAC A TROUVÉ DES TRACES DE GAZ SARIN ET VX EN SYRIE, SELON DES DIPLOMATES
L'OIAC A TROUVÉ DES TRACES DE GAZ SARIN ET VX EN SYRIE, SELON DES DIPLOMATES

AMSTERDAM (Reuters) - Des inspecteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) ont découvert en Syrie des traces de gaz sarin et de gaz innervant VX dans un centre de recherches militaire qui n'avait pas été signalé aux experts internationaux, a-t-on appris vendredi de sources diplomatiques.

Des échantillons recueillis en décembre et janvier derniers par les spécialistes de l'OIAC se sont révélés correspondre aux éléments nécessaires à la fabrication de ces agents chimiques, a-t-on précisé de mêmes sources.

"C'est une forte indication qui laisse supposer qu'ils (les Syriens) ont menti sur ce qu'ils faisaient avec le sarin", a dit l'une des personnes interrogées. "Jusqu'ici, ils sont incapables de fournir une explication satisfaisante à la suite de ces découvertes."

En 2013, les Etats-Unis avaient menacé le gouvernement syrien d'une intervention militaire après des attaques au gaz sarin qui avaient fait des centaines de morts à Ghouta, dans la périphérie de Damas.

Le gouvernement de Bachar al Assad avait évité cette attaque en acceptant un accord mis au point par les Américains et les Russes sur le contrôle et l'élimination de son arsenal chimique.

L'an dernier, tout en démentant avoir utilisé de telles armes dans les combats, Damas a remis à l'OIAC plus de 1.300 tonnes d'agents chimiques à usage militaire, destinés à la destruction.

Les traces de sarin et de VX ont été trouvées au Centre de recherche et d'études scientifiques, qui dépend du gouvernement syrien.

Interrogé sur ces informations, le porte-parole de l'OIAC, Peter Sawczak, a dit ne pouvoir donner pour l'instant de détails sur les travaux menés en Syrie par l'agence.

Une équipe de l'OIAC tente d'enquêter sur des accusations d'utilisation récente par l'armée syrienne du gaz sarin mais n'a pas été autorisée par les autorités à se rendre dans les villages concernés, dit-on de sources diplomatiques.

Les inspecteurs de l'OIAC se sont rendus huit fois en Syrie pour vérifier les assertions du gouvernement de Damas mais sont à chaque fois revenus avec plus de questions que de réponses, ajoute-t-on.

(Anthony Deutsch, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant